Par Marion Poulle Journaliste
Grève du bac : les résultats retardés à cause de copies retenues par des profs ?
Grève du bac : les résultats retardés à cause de copies retenues par des profs ?
Les résultats du baccalauréat 2019 seront-ils dévoilés en retard ? Alors que les lycéens attendent avec impatience ce vendredi 5 juillet 2019, plusieurs profs menacent de garder les copies du bac corrigées. Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer ne semble pas s'inquiéter de cette menace...

Si la menace de grève proférée par les professeurs n'a pas impacté les épreuves du bac, contrairement à ce que l'on aurait pu penser, il se pourrait bien que celle-ci ait des conséquences sur les résultats de l'examen. Alors que ceux-ci doivent tomber ce vendredi 5 juillet 2019, les candidats devront-ils attendre quelques jours de plus ? Afin de protester contre la réforme des lycées et du baccalauréat prévue par la loi Blanquer, des profs en colère menacent de ne pas diffuser les notes des copies qu'ils ont corrigé. A trois jours de la date fatidique, plus de 122 000 notes des copies du bac (sur 4 millions) n'auraient pas été rentrées, selon France info.

"On a pas le droit d'avoir des élèves pris en otage"

En réponse, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer ne semble pas prendre cette menace de grève au sérieux et a promis lundi 1er juillet que "chacun aura ses résultats (du baccalauréat) en temps et en heure", comme il l'avait assuré pour les épreuves du bac. "J'avais dit que le baccalauréat se passerait de façon normale, et il s'est passé de façon normale, ajoute le ministre. On a le droit d'avoir des points de vue différents sur des réformes, mais on a pas le droit d'avoir des élèves pris en otage".

Jean-Michel Blanquer pas inquiet

Il a ajouté : "Personne ne doit prendre la responsabilité d'empêcher le bon fonctionnement du service public", continuant "J'ai une très grande confiance dans l'immense majorité des professeurs de France qui ont une très grande conscience professionnelle, (...) et qui n'ont aucune envie de contribuer au sabotage d'un examen pour lequel ils ont préparé avec passion leurs élèves".