Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Bac 2019 : les résultats dévoilés plus tard que prévu à cause d'une nouvelle grève ?
Bac 2019 : les résultats dévoilés plus tard que prévu à cause d'une nouvelle grève ?
Faudra-t-il attendre plus longtemps que prévu pour découvrir sa note au Bac 2019 ? Alors que les résultats doivent être publiés le 5 juillet prochain, plusieurs groupes d'enseignants et correcteurs des épreuves ont déjà fait savoir qu'ils comptent procéder à la rétention des notes afin de protester contre la réforme du lycée.

Le bac est presque terminé ! Lancé le 17 juin dernier par l'épreuve de philosophie, cette édition 2019 a été marquée par quelques surprises que ce soit dans les sujets ou au dehors. Le sujet de mathématiques des séries générales aurait ainsi fuité quelques heures avant l'épreuve qui s'est déroulée ce vendredi. Heureusement, les élèves n'ont pas trop été perturbés par la grève des surveillants annoncée fin mai. Mais les profs auraient trouvé un autre moyen de protester qui ne va pas faire plaisir aux futurs bacheliers.

La rétention des notes déjà adoptée dans certaines académies

Comme l'explique 20 Minutes, certains professeurs et correcteurs des épreuves du baccalauréat 2019 ont d'ores-et-déjà décidé de protester contre la réforme du lycée... en ne donnant pas les notes des copies des élèves en temps et en heure. Comme l'explique Mathieu, enseignant d'histoire géo, les notes doivent être rendues au maximum le 2 juillet pour que la publication des résultats soit possible le 5 juillet. Mais ce dernier, ainsi que certains de ses collègues, ont décidé de se mettre en grève du 2 au 4 juillet. "Cela pourrait obliger le rectorat à reporter la publication des résultats du bac" confie ce dernier. Un mouvement qui grandit partout en France. Les profs d'histoire géographie et de philosophie de l'Académie de Créteil ou encore ceux de Toulouse et de Dijon auraient déjà voté la rétention des notes du bac, explique 20 Minutes.

"Nous n'avons pas trouvé d'autres moyens pour nous faire entendre"

Une grève qui a pour but de faire entendre les revendications des profs suite à l'annonce de la réforme du lycée. "Nos précédentes actions n'ont pas permis de nous faire entendre par le ministre de l'Education. La rétention des notes pourrait causer plus de problèmes que la grève de surveillance" explique Marc, prof de philo à Paris qui ajoute : "Nous n'avons pas trouvé d'autres moyens pour nous faire entendre". Pour l'instant, le ministère de l'Education nationale ne semble pas inquiet expliquant au journal n'avoir "aucune remontée des rectorats" à ce propos.

News
essentielles
sur le
même thème