Les pompiers du Bas-Rhin pratiquent l'hypnose
Les pompiers du Bas-Rhin pratiquent l'hypnose
Pour apaiser les victimes de situations traumatisantes, les pompiers du Bas-Rhin en Alsace ont décidé de se former à l'hypnose. Une première en France qui pourrait bien être élargie aux autres régions.

"Vos paupières sont lourds, très lourdes..." pourront bientôt entendre les victimes d'accident. En Alsace, quelques 120 pompiers ont déjà commencé à se former à l'hypnose. Le but ? Dévier l'attention de la victime, l'inviter à penser à quelque chose d'apaisant.

Des pompiers formés à l'hypnose

Au centre de secours Haguenau dans le Bas-Rhin, ils sont près de 120 pompiers à se former à l'hypnose. Ces techniques leur permettron d'apaiser les victimes d'accidents de voiture ou encore celles sujettes aux crises d'asthme ou de spasmophilie. "Ce sont des techniques verbales, gestuelles, respiratoires, qui visent à apaiser la douleur et l'anxiété, mais ne doivent évidemment pas se substituer aux gestes classiques du secourisme" explique Cécile Colas-Nguyen, sage-femme, officier-infirmier chez les pompiers du Bas-Rhin et formatrice en hypnose médicale à l'AFP.

"Votre esprit va partir sur les pistes de ski"

Pendant qu'une équipe de pompiers prépare une perfusion ou le matériel nécessaire au dégagement de la victime, le pompier formé à l'hypnose aura la tâche d'instaurer un contact privilégié avec la victime. Le but ? Dévier son attention de la scène traumatisante. Comment ? En invitant son esprit à s'évader vers un endroit apaisant. Une piste de ski par exemple, pour une fausse accidentée qui confie au pompier pendant l'exercice de formation son attrait pour les sports de glisse.

Une expérience élargie à toute la France ?

Le chef du centre de secours de Haguenau, David Ernenwein, se dit "convaincu" par la méthode. Le médecin en chef des pompiers du Bas-Rhin, Dr Yves Durrmann, espère quant à lui, voir l'expérience élargie à l'ensemble de la France. Mais elle devra auparavant faire l'objet d'une validation scientifique. Les pompiers de Haguenau devront ainsi noter dans un registre les paramètres médicaux de la victime : rtyhme cardiaque, niveau de douleur, état émotionnel. Ces résultats seront comparés avec ceux d'autres pompiers du Bas-Rhin, n'utilisant pas l'hypnose. Au ministère de l'Intérieur, on invoque la prudence : "Encore faut-il des gens bien formés".

Dans l'actu aussi : Bac 2013 - record, un quasi centenaire parmi les candidats / Mariage pour tous : menaces et excréments pour la maire de Montpellier / Etats-Unis : une pub mettant en scène un couple mixte fait polémique / New-York : les femmes autorisées à se balader seins nus cet été