Ne le comparez pas à Justin Bieber ! Conor Maynard, le nouveau petit prodige de la musique britannique, a bien l'intention de s'imposer dans un monde déjà rempli d'artistes. Avec son single Turn Around, en featuring avec Ne-Yo qui l'a découvert il y a trois ans, Conor va séduire le public français... Si ce n'est pas dé

Ne le comparez pas à Justin Bieber ! Conor Maynard, le nouveau petit prodige de la musique britannique, a bien l'intention de s'imposer dans un monde déjà rempli d'artistes. Avec ses titres Animal et Turn Around, en featuring avec Ne-Yo (qui l'a découvert il y a trois ans), Conor va séduire le public français... si ce n'est pas déjà fait ! PurefansNews a eu la chance de le rencontrer ce lundi 21 janvier, jour de la sortie de son premier album, "Contrast". Et même avec très peu d'heures de sommeil (à cause de la neige qui l'a bloqué à Londres), Conor Maynard a répondu à nos questions avec entrain et toujours avec le sourire !

Purefans News : Commençons par le commencement. A tes débuts, tu postais des vidéos sur YouTube. Qu'est ce qui t'as poussé à te faire connaître ?
Conor Maynard : Au début, ce n'était qu'un hobby. En fait, quand j'avais 15-16 ans, j'ai commencé à chanter à l'école et les gens autour de moi m'ont dit 'Mais tu peux vraiment chanter' et j'ai réalisé que j'avais ce don. Alors quand on a commencé à me demander de chanter, je me suis dit que ce serait peut-être sympa de poster des vidéos sur YouTube. C'était plus facile que de chanter tous les jours au lycée et de ne pas pouvoir manger pendant la pause de midi ! Au départ, c'était surtout pour mes amis à Brighton, d'où je suis originaire. Je n'aurais jamais pensé que des gens du monde entier m'écouteraient.

Etait-ce un rêve pour toi de devenir artiste et d'être reconnu ou surtout un gros coup de chance ?
C'était plutôt une coïncidence. Moi, ce que j'aime, c'est jouer la comédie. Avant, je voulais vraiment devenir acteur, c'était mon ambition. Mais quand je me suis tourné vers la musique, j'ai aussi adoré et me voilà.

Ca veut dire qu'on va peut-être te voir dans une série ou un film ?
C'est toujours ce que j'ai voulu faire alors, oui, c'est possible ! On verra...

Si tu devais décrire ta musique à une personne qui n'a jamais entendu parler de toi, qu'est ce que tu dirais ?
Je dirais que c'est différent mais plutôt que d'essayer de leur expliquer, je préférerais les pousser à écouter pour qu'ils se fassent une idée. J'ai eu beaucoup d'influences en grandissant, de Michael Jackson à Stevie Wonder ou encore Good Charlotte, Green Day, Justin Timberlake, Usher, Drake, beaucoup d'artistes différents. Le but quand on est artiste, c'est de prendre toutes ces influences et de les rassembler. Donc je dirais que je fais un peu un mashup de tout ça dans ma musique.

Ton premier album est sorti en France ce lundi 21 janvier et s'intitule "Contrast". Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Cet album est appelé "Contrast" car, pour moi, il n'est pas vraiment ce que les gens attendraient de moi au premier abord. Ils s'attendraient plutôt à de la musique jeune, un peu pop. "Contrast" est un peu une surprise pour les gens, c'est un son avec un peu plus de rythme.

Tu as été découvert par Ne-Yo et de nombreux grands artistes comme Pharrell Williams ou Rita Ora ont collaboré à ce premier album. Comment cela s'est-il fait ?
Au départ, Ne-Yo et Pharrell ont d'abord découvert mes reprises sur YouTube et ensuite ils m'ont contacté. Collaborer avec ses gens, avoir la chance de travailler avec eux, c'est complètement fou. Et d'ailleurs j'en profite pour remercier mes fans de la première heure qui m'ont aidé à me faire remarquer !

Quand Ne-Yo t'a contacté et t'a dit "Je veux te produire", quelle a été ta première réaction ?
Je ne savais même pas si c'était vrai ! Je me suis dit, 'Est-ce que c'est sérieux ou est-ce que mes amis sont en train de me faire une blague ?'. Au début, je ne savais pas quoi faire, si c'était vrai ou simplement une blague. Quand j'ai su que c'était du sérieux, j'ai essayé d'en savoir plus et après c'était juste la folie.

Est-ce que tu as envisagé un instant à ne pas signer ce contrat ou bien est-ce que tu as immédiatement pensé : "C'est ma chance, je dois la saisir" ?
Quand on a commencé à m'approcher avec un contrat pour enregistrer un disque, j'ai tout de suite réalisé que je ne pouvais pas laisser passer ça. J'avais cette chance, je me devais de le faire pendant qu'on me le proposait. J'étais encore au lycée quand c'est arrivé donc j'en ai parlé avec mes parents. C'était une décision compliquée mais j'ai dit oui.

Tu as participé à l'écriture des chansons sur cet album ?
Oui, j'ai co-écrit environ 8 titres. Je voulais vraiment mettre ma signature sur ces titres et qu'ils me ressemblent.

Qu'est ce qui t'inspires quand tu écris une chanson ?
Que ce soit mes relations amoureuses ou ma vie, un peu tout m'inspire. Si j'ai vécu des choses amusantes, je vais écrire sur ça. Quand j'écris, je me mets aussi à la place de mon public, je me demande ce qu'ils auraient envie d'entendre. Et je m'éclate toujours en écrivant.

Tu n'aimes pas trop les balades et les chansons calmes apparemment... Pourquoi ?
C'est une chose que je garde de côté. Peut-être que mon deuxième album sera plus acoustique et posé. Cet album est assez lourd au niveau des productions et, par la suite, j'aimerais faire des musiques plus légères.

Certaines de tes paroles sont un peu crues voire même sexuelles. Est-ce que c'est un moyen pour toi de faire remarquer aux gens que tu n'as vraiment rien à voir avec Justin Bieber ?
D'abord je suis britannique et puis, surtout, j'ai deux ans de plus que lui donc j'ai une approche un peu plus mature dans mes chansons. Bien sûr, j'aime aussi montrer que je suis plus âgé que lui. Mais quand j'ai écrit, je ne pensais pas forcément à ces comparaisons. J'écris sur ce qui me plait, ce que j'aime chanter.

Beaucoup de personnes t'ont donné le surnom de "Justin Bieber britannique". Ca t'énerve ou tu t'en fiches ?
Même si je comprends, je ne suis pas vraiment fan des comparaisons. C'est une barrière de plus à franchir en tant qu'artiste. Je n'ai jamais voulu être le Justin Bieber 2.0, je veux être le premier Conor Maynard ! J'essaie d'être un artiste unique.

Ces dernières années, les artistes britanniques, en particulier les garçons, ont eu beaucoup de succès comme avec les One Direction et The Wanted. Qu'est ce qui est spécial chez vous ? Est-ce que vous êtes plus mignons ou bien est-ce une question de timing ?
Je ne sais pas si on est plus mignons ! Ce qui est certain, c'est que les Britanniques ont beaucoup plus d'opportunités à l'heure actuelle. Beaucoup d'artistes ont un succès énorme en ce moment. Peut-être que c'est aussi l'effet X-Factor. L'émission britannique a existé avant celle des Etats-Unis et les américains ont regardé l'émission, on découvert nos talents comme One Direction ou Cher Lloyd. C'était une histoire de timing surtout.

Tu es jeune mais tu as déjà voyagé, rencontré beaucoup de monde. Quel est ton meilleur souvenir ?
Il y a quelques jours, j'ai pris l'avion de Los Angeles pour Londres et quelqu'un est venu me frapper sur l'épaule, je me suis retourné et c'était Rihanna ! Elle était assise juste derrière moi et m'a dit : 'Félicitation pour ton disque'. Et moi je ne savais pas quoi dire. C'est toujours génial et étrange à la fois d'avoir un artiste que tu adores venir vers toi.

Comment fais-tu pour maintenir des relations, que ce soit des histoires d'amour ou d'amitié ?
C'est difficile de voir mes amis ou ma famille mais j'essaie de les voir aussi souvent que possible. Par exemple, j'ai passé Noël avec eux. Mais en même temps, ma mère m'appelle 17 fois par jour ! Ma famille n'a rien à voir avec cette industrie et ils ne voyagent pas avec moi mais je leur dit toujours ce qui se passe.

La vie de célébrité est compliquée, tout le monde veut tout savoir sur toi. Comment tu fais pour garder ton jardin secret ?
C'est difficile. J'ai récemment dû déménager car les fans avaient découvert où je vivais. Parfois c'est un peu dingue mais il y a toujours des moyens d'éviter qu'on parle de vous. Il faut surtout faire attention à ce que l'on dit et aux gens qui nous entourent.

Tes fans, les Mayniacs, sont vraiment folles de toi. Quelle est ton expérience la plus flippante ?
Une fois, j'ai donné un mini-concert et elles ont essayé de former une échelle humaine pour arriver à la hauteur de la fenêtre de la salle où j'étais. On a dû fermer la fenêtre tellement c'était dingue. Mais je me dis qu'elles peuvent toujours faire encore pire. En même temps, ça me montre à quel point elles me sont fidèles et c'est aussi grâce à elles que je suis là.

Un message pour tes fans ?
Merci beaucoup pour tout le soutien que vous m'avez apporté jusqu'à maintenant. Vous êtes géniaux et j'ai hâte de revenir en France pour donner un concert et vous rencontrer.

Et pour finir, qu'est ce qu'on peut te souhaiter pour 2013 ?
J'aimerais continuer à faire de la musique, enregistrer des titres, travailler avec de nouvelles personnes. Peut être aussi faire une nouvelle tournée et donner un gros concert ici en France. Ce serait génial. (Propos recueillis par Aubéry Mallet.)

Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer PurefansNews / Adobuzz.com

Conor Maynard
Un youtuber viré d'une TV-réalité après des tweets racistes et des messages sexuels déplacés
Conor Maynard : R U Crazy, le clip fou
Conor Maynard : La Frayniacs Mania a encore frappé
Conor Maynard "attaqué" en direct dans Le Petit Journal
voir toutes les news de Conor Maynard Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème