Brahim Bouhlel et Zbarbooking en prison en attendant leur procès et un mandat d'arrêt international contre Hedi Bouchenafa : Me Mourad Elajouti s'explique sur la suite de l'affaire
L'acteur Brahim Bouhlel (Validé sur Canal+), l'influenceur Zbarbooking et le comédien Hedi Bouchenafa (En passant pécho sur Netflix) ont choqué de nombreux internautes. Comment ? Avec une vidéo insultante envers des enfants et des femmes à Marrakech, au Maroc, qu'ils voyaient comme une blague. Après des excuses sur les réseaux, Brahim Bouhlel et Zbarbooking ont été arrêtés et placés en garde à vue, alors qu'Hedi Bouchenafa avait déjà quitté le Maroc. Me Mourad Elajouti, président du club des avocats du Maroc (CAM), a déclaré que Brahim Bouhlel et Zbarbooking sont en prison à Marrakech et a expliqué ce qui les attend.

Brahim Bouhlel et Zbarbooking sont en prison, l'avocat Me Mourad El Ajoutti s'exprime

Brahim Bouhlel qui joue dans la série de Franck Gastambide, Validé sur Canal+, le snapchatteur Zbarbooking et Hedi Bouchenafa, qui est à l'affiche du film En passant pécho sur Netflix (inspiré de la web-série éponyme), ont publié une vidéo choc sur les réseaux. Une vidéo dans laquelle les acteurs et l'influenceur insultent des enfants et des femmes à Marrakech, au Maroc. Les trois amis se sont excusés publiquement, mais le procureur a ordonné l'ouverture d'une information judiciaire le dimanche 4 avril 2021.

L'acteur franco-algérien Brahim Bouhlel et le snapchatteur franco-marocain Zbarbooking ont été arrêtés et placés en garde à vue le lundi 5 avril 2021. Quant au comédien franco-algérien Hedi Bouchenafa, il n'a pas été arrêté parce qu'il avait déjà quitté le Maroc. Me Mourad Elajouti, président du club des avocats du Maroc (CAM), avait condamné les "termes les plus fermes les propos haineux et abjectes" dans un communiqué.

Il a indiqué à Sputnik que Brahim Bouhlel et Zbarbooking, qui sont poursuivis en justice, "sont en prison à Marrakech, en attente de leur procès". "Les deux prévenus ont été différés mercredi 7 avril" 2021 "devant le procureur qui a décidé de les poursuivre et de leur mise, à cet effet, sous mandat de dépôt" a-t-il déclaré, et "un potentiel mandat d'arrêt international" a été émis contre Hedi Bouchenafa.

Il rappelle que "ce qu'ils ont publié constitue une grave dérive"

Me Mourad Elajouti a aussi expliqué : "Notre organisation accompagnera, s'ils le souhaitent, les parents des enfants victimes de ces propos diffamatoires et injurieux qui ont porté atteinte à leur vie privée et à leur droit à l'image". Et ils "doivent rendre compte également concernant leurs insultes abjectes à l'égard des femmes marocaines" a-t-il précisé.

L'avocat a souligné que "les parents ont tout à fait le droit de leur pardonner et d'abandonner les poursuites, et c'est également à la justice de rendre son verdict dans cette affaire". Mais après, s'ils n'abandonnent pas les poursuites, Brahim Bouhlel et Zbarbooking risquent une peine de prison entre 1 mois et 3 ans, ainsi qu'une amende allant de 2 000 dirhams (187 euros) à 50 000 dirhams (4 685 euros).

Il a ajouté que "le CAM n'a aucune intention de briser la carrière cinématographique des mis en cause, mais ce qu'ils ont publié constitue une grave dérive qui a soulevé un tollé au Maroc, mais aussi en Algérie et en France".