Cette vidéo de Manon Slomkowski montre les difficultés qu'elle éprouve à réaliser certains actes du quotidien depuis son accident à moto.
Il y a un an, Manon Slomkowski, alors âgée de 20 ans, était victime d'un accident de moto à Nanterre, en banlieue parisienne. Depuis, elle est atteinte de paralysie complète du plexus branchial, également appelée "maladie du motard" car c'est malheureusement une séquelle courante des accidents de moto. 4 des 5 principaux nerfs réliés à la moelle épinière et commandant son bras gauche ont été sectionnés, entraînant la paralysie de ce membre. Dans cette vidéo, Manon montre à quel point même quelque chose de simple comme s'habiller lui est devenu difficile.

"Aux usagers de la route : nous ne sommes pas intouchables, ces 30 secondes où je l'ai cru m'ont blessée pour toujours"

Dans un long message posté sur son compte Facebook , et déjà lu plusieurs millions de fois, Manon livre un témoignage lucide et bouleversant. "Mes chances de retrouver un jour une simple flexion/extension du bras sont de faibles chances. J'ai perdu à jamais l'usage du reste, dont la main. Je vis au quotidien avec douleurs neuropathiques (difficilement supportable) dont souffrent également les personnes amputées. Ma souffrance est physique mais aussi morale, mon corps est lourdement abîmé et fatigue plus vite que la normale. Je ne vivrai sûrement pas autant de temps qu'une personne valide."

Au Huffington Post , la jeune femme explique avoir mis de temps à retrouver goût à la vie, notamment à causes des horribles douleurs dites "fantômes". "J'ai mis du temps à retrouver un rythme, à remanger, à redormir, diminuer petit à petit les antidouleurs. Au début, je ne savais plus rien faire seule et tout m'était douloureux, chaque déplacement, chaque geste. Je ne trouvais rien d'agréable à faire. J'ai évidemment commencé la rééducation en hôpital de jour. Mes soins ont diminué au fil des jours et à partir de là, petit à petit j'ai recommencé à reprendre un rythme normal. Ce qui a été et est le plus difficile, toujours aujourd'hui, et toutes les personnes paralysées ou amputées me suivront, ce sont les douleurs neuropathiques, dites douleurs du membre fantôme. Elle sont très dures à gérer, certains ne les supportent tout simplement pas. Mais des techniques existent pour les soulager. Moi j'arrive la plupart du temps à les gérer donc ça va."

Manon confie "accepter" ce qui lui est arrivé et mieux le vivre aujourd'hui. Elle rêve d'avoir un enfant, même si elle sait que ce sera plus compliqué (mais loin d'être impossible !) de s'en occuper à cause de sa paralysie. Comme le montre la vidéo, il lui faut maintenant faire beaucoup de rééducation et trouver des astuces pour chaque geste du quotidien afin de retrouver un maximum d'autonomie, tout en sachant qu'elle aura désormais toujours besoin d'aide pour un certain nombre d'acte. Espérons que cette vidéo et ce témoignage convaincront les mordus de la vitesse de prendre conscience des risques qu'ils font encourir aux autres et à eux-même.


Découvrez d'autres histoires bouleversantes dans notre revue de web : Sa grand-mère malade ne peut pas venir à sa remise de diplôme, elle lui fait une superbe surprise / Ils recueillent un pitbull abandonné et maltraité, la vie de leur enfant autiste en est bouleversée / Abandonné par ses amis pour son anniversaire, cet enfant autiste passe le meilleur jour de sa vie