Pour Zubeidat Tsarnaev, ses fils ont été victimes d'un "coup monté" des services secrets américains
Les deux suspects des attentats de Boston ont été arrêtés : le premier a été abattu lors de la traque, le second est toujours hospitalisé et interrogé par le FBI. Mais les parents des deux frères Tsarnaev ne croient pas en leur culpabilité. Ils crient même au "coup monté".

Pour les parents des deux frères Tsarnaev, suspectés d'avoir commandité le double attentat de Boston, il n'y a pas de doute : Tamerlan et Djokhar sont innocents. Pour Zubeidat, la mère des deux garçons, ils sont victimes d'un "coup monté" par le FBI.

Un "coup monté" des services secrets

Victimes et non bourreaux. Pour les parents de Tamerlan et Djokhar Tsarnaev, les deux supects des attentats de Boston, qui ont fait trois morts et des centaines de blessés, ça ne fait pas de doutes : leurs fils sont les cibles d'un "coup monté" orchestré par les services secrets américains. Dans une interview accordée au Daily Telegraph, Zubeidat Tsarnaev rejette l'idée que ses fils aient commis un attentat. Elle parle d'une "manipulation".

A Channel 4 News, elle explique que le FBI avait déjà interrogé son fils aîné dans le passé. "Ils le surveillaient et je le sais parce que je leur ai parlé. Ils sont venus dans notre maison deux ou trois fois" a-t-elle déclaré. Elle prétend aussi que le FBI aurait contacté Tamerlan après les attentats de Boston, contredisant les propos des autorités américaines, qui affirment ne l'avoir interrogé qu'en 2011 : "Ils lui ont demandé de venir pour un interrogatoire mais il leur a répliqué que c'était à eux de se déplacer".

"Les Américains aiment le spectacle"

Même son de cloche du côté du père, pour qui les accusations qui pèsent sur ses fils sont juste une "commande politique, un show hollywoodien". "Ils ne voulaient piéger que Tamerlan, et Djokhar s'est juste trouvé au mauvais moment au mauvais endroit" martèle-t-il. Sa femme enfonce le clou : "C'est un grand show, un spectacle. Les Américains aiment le spectacle".

"Notre famille trainée dans la boue"

Tamerlan, abattu par les policiers lors de la traque, a passé six mois dans le Caucase entre janvier et juillet 2012, un séjour qui intéresse particulièrement le FBI. Ses proches le soutiennent : il n'a fait que dormir et voir ses amis. "J'ai perdu mes deux fils, ma famille est traînée dans la boue" s'est effondrée en larmes Zubeidat au micro d'ABC. Leur fils cadet Djokhar, toujours hospitalisé à Boston est grièvement blessé à la gorge. S'il ne peut plus parler, il ferait preuve de coopération face aux questions du FBI. Ses parents ont prévu de le rejoindre afin d'"enterrer Tamerlan selon les rites musulmans".