Le nouvel album d'Alonzo débarque dans les bacs ce lundi 4 juin ! Après avoir fait découvrir Alors On Sort ou encore Avoir Une Fille, le membre des Psy4 De La Rime sort enfin son deuxième opus très attendu, Amour, Gloire et Cité. A cette occasion, Purefans News a eu la chance de rencontrer le rappeur pour une interview

Le nouvel album d'Alonzo débarque dans les bacs ce lundi 4 juin ! Après avoir fait découvrir Alors On Sort ou encore Avoir Une Fille, le membre des Psy4 De La Rime sort enfin son deuxième opus très attendu, Amour, Gloire et Cité. A cette occasion, Purefans News a eu la chance de rencontrer le rappeur pour une interview exclusive !

Tu as intitulé ton deuxième album solo Amour Gloire et Cité. Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Au moment d'écrire mon album, je me suis rendu compte que je parlais beaucoup des sentiments que j'ai pour ma mère, pour mes enfants ou encore de la réussite dans les quartiers. J'ai alors pensé au feuilleton Amour Gloire et Beauté dont ma maman est fan et j'ai remplacé "Beauté" par "Cité". Ca regroupait bien tous les thèmes que j'aborde dans mes morceaux. C'était un bon jeu de mots pour tout réunir.

Qu'est-ce que l'on peut attendre de différent par rapport à ton premier album solo ?
C'est un album où je n'ai pas eu beaucoup de pression contrairement au premier. A l'époque, il y avait une attente parce que je sortais d'un groupe. Les gens m'identifiaient comme membre des Psy4 de la Rime et se demandaient ce que ça allait donner en solo. Mais là, cet album a été fait de manière très spontanée. Il y a des morceaux pour faire la fête, des morceaux profonds... C'est un album qui vit aussi avec son temps. Au niveau des sonorités, il y a des sons électro, des sons " dirty ", c'est à dire inspirés du rap américain de Miami. Les rois du rap ce ne sont plus les New-Yorkais !

Justement, dans le rap américain, as-tu des modèles ?
Lil Wayne ! THE rappeur ! Il est complet. Il chante, il rappe... Moi je suis quelqu'un qui aime bien la pop rock. C'est un rockeur, c'est un rappeur, c'est le meilleur !

Tu aimes bien t'inspirer d'autres styles de musique ?
Oui, moi je suis un artiste. Comme j'aime bien dire, je suis de la génération Top 50. Je suis né en 1982 donc j'ai grandi avec Madonna, Michael Jackson, Bob Marley... Avec la musique du monde. Donc je n'ai pas peur de mes influences et ça se ressent dans mes musiques. On peut m'identifier en tant que rappeur parce que je fais du rap, mais les rappeurs s'enferment parfois dans des pseudo-codes. Alors que moi, je ne veux pas que l'on m'enferme. Je préfère dire que je suis un artiste même si c'est vrai je suis un rappeur.

Tu as déjà sorti pas mal de morceaux de ton album. C'est un moyen de les tester ?
Quand tu sors un album, il faut faire des appels de phares pour dire " j'arrive ". Certains procèdent de manière très classique et envoient leur premier single deux mois avant la sortie de leur album. Moi, je me suis dit : il faut que je prenne bien mes élans parce qu'aujourd'hui il y a beaucoup de rap. Tous les jours, il y a un clip qui sort, des morceaux qui sortent. Donc je me suis dit qu'il fallait bien préparer le terrain dès décembre pour faire rentrer les gens petit à petit dans mon univers.

Dans ton album, il y a un titre que tu as écris pour ta fille, elle a réagit comment ?
Je lui ai fait la surprise en fait. Elle a découvert Avoir Une Fille en même temps que les internautes ! Et, bizarrement, quand je l'ai eue au téléphone et que je lui ai demandé ce qu'elle en avait pensé, elle m'a dit : "je l'ai écoutée avec ma copine et elle s'est mise à pleurer." Je lui ai dit : "mais pourquoi c'est elle qui pleure ?" Mais le lendemain, on a tourné le clip et elle était sur le plateau puisqu'elle est dedans. Quand elle a vu la première scène, la sincérité de mon visage, elle s'est mise à fondre en larmes. En fait pendant le clip, tout le monde a pleuré : le caméraman, la maquilleuse, ma fille et même moi je n'étais pas bien. Je ne savais pas si on était dans 'Confessions Intimes' ou entrain de tourner un clip (rires).

Elle a quel âge ta fille ?
12 ans. J'ai fait exprès de faire un morceau à cette âge-là alors que beaucoup de papas font des morceaux pour leur enfant lorsqu'il a 1 an. Mais j'estime que c'est pour elle que je fais le morceau donc il faut qu'elle, avant tout le monde, le comprenne.

Dans les autres titres, est-ce que tes potes des Psy4 De La Rime sont présents ?
Bien sûr ! Il y a un morceau qui s'appelle Mirobolant dans lequel il y a tout mon groupe : Sopra, Vincenzo... Il y a aussi un morceau qui s'appelle Là-bas inspiré de Jean-Jacques Goldman et que j'ai fait avec Soprano. Ils sont très présents. Dans mes choix, pour savoir quels morceaux garder... On a des carrières solos et une carrière de groupe à gérer donc on est obligés de se voir 24h sur 24.

Tu as d'autres invités ?
Oui. Il y a Kenza Farah dans un morceau électro réalisé par Dj E-Rise, un compositeur qui travaille avec La Fouine, Colonel Reyel, Mister You etc., et j'ai aussi invité un jeune rappeur issu de Marseille qui s'appelle Makiavel et qui fait partie du groupe Révolution Urbaine.

Tu prépares un nouvel album avec les Psy4 De La Rime ?
Oui, on l'a annoncé normalement pour novembre 2012. Quand j'ai terminé mon album, il était à peine au pressage qu'on était déjà en train d'écrire des morceaux avec mon groupe.

Ce n'est pas trop crevant de mener ta carrière solo en même temps que ta carrière de groupe ?
C'est fatigant mais, comme je le dis, le succès c'est comme la loi de la gravité : tout ce qui monte redescend. Donc il faut profiter. Tant qu'on a la force, qu'on est jeune et encore en phase avec la réalité, on continue même si c'est crevant. Mais ça va s'arrêter tôt ou tard.

Est-ce que tu t'imagines un jour te concentrer juste sur ta carrière solo ?
Je ne pense pas non. J'ai besoin de mon groupe. Maintenant, on ne sait pas de quoi demain sera fait. Mais je pense toujours jongler entre album de groupe et album solo.

Tu as besoin de cet équilibre en fait ?
Bien sûr ! Un album solo c'est une petite fenêtre, parce qu'on a chacun des identités très différentes et très fortes. Et quand on est en groupe, chacun apporte sa pierre à l'édifice et c'est ce qui fait Psy4 De La Rime. Mais on a besoin de s'aérer de temps en temps. C'est pour ça qu'il y a des albums solo de Sopra, de moi...

Donc vous êtes toujours en train de vous soutenir ?
Ah oui ! Le groupe n'a jamais explosé. On est toujours là. Je suis dans les albums de Sopra et il est toujours là dans mes albums. Et quand je dis "toujours là", ce n'est pas que physique mais en studio, sur le CD. Il n'y a pas un disque de Sopra où tu n'entendras pas ma voix et il n'y a pas un disque d'Alonzo où tu n'entendras pas Sopra. Ça n'existe pas !

As-tu déjà prévu une tournée pour défendre ton deuxième album ?
En septembre/octobre si tout se passe bien. L'été, ce sont plus des festivals. On va essayer d'en faire un ou deux. Et l'hiver, ce sont plus les concerts mais les dates n'ont pas encore été définies.

C'est important pour toi de défendre cet album sur scène ?
Très important. Nous, on est issu de la scène à la base. Quand on a commencé le rap, on a commencé par la scène et pas par les studios. On ne connaissait pas les studios, le micro, le casque... On ne connaissait que la scène et les fêtes de quartiers. Les "guinguettes", comme on appelle ça à Marseille.

Tu as aussi lancé une web-série. Qu'est-ce qu'on va pouvoir découvrir dedans ?
C'est une web-série qui s'appelle Véritable. La partie 1 illustre bien le nom. On a fait un concert aux Comores avec mon groupe Psy4 De La Rime. Donc on me voit dans ma vie, véritablement. On voit mon village, ma famille. C'était la première fois que j'allais là-bas donc on voit des scènes de vie tout simplement, comme avec mes amis dans un restaurant. L'idée c'était de mettre un peu d' "entertainment" dans tout ce milieu.

Tu es aussi très actif sur Twitter et peu sur Facebook...
Sur Facebook, ce n'est pas moi qui gère même si je dis ce qu'il faut mettre. Je trouve Facebook trop grand, incontrôlable. J'ai l'impression que c'est une fiche d'état civil. Tu peux tomber sur ta grand-mère, ton prof... Ca me fait peur donc je reste très professionnel. Tandis que sur Twitter, je suis comme un poisson dans l'eau. C'est magnifique. J'ai l'impression que ce sont les gens qui te soutiennent le plus qui sont sur Twitter. Je me régale, je fais des jeux pour gagner des trucs. Quand j'ai pris mon Twitter, parce qu'avant ce n'est pas moi qui le contrôlais, j'avais 2 400 followers. Et hier, on est passé à 20 045 followers !

A part le rap, tu as d'autres passions ? Le foot comme tout bon marseillais ?
Le foot, c'est presque une religion pour les Marseillais. On n'a pas la Tour Eiffel, pas l'Arc de Triomphe et Karl Lagerfeld que tu peux croiser n'importe où... On a que le foot. Donc oui, j'adore le foot. Après, j'essaie de faire un peu de sport. J'aime bien courir mais c'est vraiment par période. Des fois je fais mon gros fainéant.

Pas trop déçu de la saison de l'OM ?
Je suis très très déçu. Maintenant, il faut se remettre en question...Allez Montpellier !

Psy 4 de la Rime
Mort de Sya Styles : Booba, Rohff... hommages pour le membre des Psy 4 de la Rime
Alonzo : "Quand il s'agit de rap, on veut toujours nous faire passer pour les Superman des cités"
Soprano : Ils nous connaissent pas, le clip avant-goût de "Cosmopolitanie"
Alonzo : La Belle Vie, le clip sexy et vénère
voir toutes les news de Psy 4 de la Rime Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème