Violences policières : le témoignage choc de Gabriel, 14 ans, défiguré après une interpellation
Violences policières : le témoignage choc de Gabriel, 14 ans, défiguré après une interpellation
C'est un témoignage choc qu'a fait Gabriel, 14 ans, après avoir été blessé au visage lors d'une interpellation policière dans la nuit du 25 au 26 mai dernière. Sorti de l'hôpital vendredi après avoir subi une opération à l'oeil, le garçon raconte ce qu'il s'est passé cette nuit là et la violence dont il aurait été victime.

Los Angeles, Chicago, Londres, Paris... Alors que les manifestations se multiplient contre les violences policières suite à la mort de George Floyd le 25 mai dernier, un témoignage vient amplifier la colère des manifestants : celui de Gabriel, 14 ans, blessé après une interpellation policière dans la nuit du 25 au 26 mai dernier à Bondy, en Seine-Saint-Denis. Sorti de l'hôpital vendredi, il a témoigné pour la première fois en vidéo pour Loopsider.

Gabriel, défiguré après une interpellation policière

Défiguré, il raconte ce qu'il s'est passé. Alors qu'il prenait la fuite après avoir tenté de voler un scooter avec un de ses amis, quatre policiers l'auraient poursuivi et attrapé : "Je leur ai dit 's'il vous plait, je me rends'. C'est là qu'ils m'ont tapé. C'est là qu'ils m'ont mis à terre et qu'ils m'ont mis les menottes. Il y en a un qui a mis ses genoux sur mon dos. Il y a une femme qui m'a tenu les pieds pendant qu'un policier barbu me tapait avec la pointe de ses pieds dans le visage". Emmené ensuite au commissariat, ils auraient attendu plus d'une heure avant d'appeler les pompiers, alors qu'il souffrait "de vertige et d'intenses douleurs" et "était pris de vomissements et crachait notamment du sang". "J'avais du sang qui coulait au niveau de mon visage."

Un témoignage choc

Mais sa version diffère de celle des policiers, qui plaident la thèse de l'accident. Selon eux, le garçon se serait rebellé, serait tombé et un policier serait tombé sur lui. Verdict : quatre dents cassées et une fracture maxillaire étendue à l'os de l'oeil gauche. Il a dû être opéré le 4 juin dernier et s'est vu prescrire 30 jours d'interruption totale de travail (ITT). La famille de l'adolescent a déposé deux plaintes, auprès de l'IGPN et auprès du parquet de Bobigny pour "violences aggravées en réunion par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur mineur de moins de 15 ans".

News
essentielles
sur le
même thème