Le scandale de la viande de cheval s'étend à toute l'Europe et toutes les marques
2 photos
Voir le diapo
Le scandale de la viande de cheval gagne encore du terrain. Après Findus, d'autres marques ont du retirer de la vente certains de leurs plats préparés estampillés pur-boeuf, mais contenant pourtant de la viande de cheval. Le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire Nestlé et le géant de la distribution Lidl sont égalemen

Le scandale de la viande de cheval gagne encore du terrain. Après Findus, d'autres marques ont du retirer de la vente certains de leurs plats préparés estampillés pur-boeuf, mais contenant pourtant de la viande de cheval. Le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire Nestlé et le géant de la distribution Lidl sont également touchés par la polémique. L'Espagne, l'Italie, la Belgique et la Finlande ne sont plus épargnés par le scandale, qui touche désormais tous les grand pays d'Europe.

Nestlé et Lidl touchés
Nestlé et Lidl n'ont pas été épargnés par le scandale de la viande de cheval. Comme Findus et Waitrose au Royaume-Uni, les deux enseignes ont trouvé dans certains de leurs plats préparés étiquetés 100% boeuf, des traces de cheval. Le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire Nestlé a donc annoncé hier qu'il retirait de la vente en Espagne, Italie et France des plats de pâtes à base de boeuf : les Buitoni Beef Ravioli, Beef Tortellini et un plat de lasagnes destiné à la restauration, "Lasagnes à la bolognaise gourmandes" et produit en France. Le géant allemand de la distribution Lidl a lui aussi décidé de retirer de la vente des plats de boeuf contenant de la viande de cheval en Suède, Finlande, Danemark et Belgique.

Le scandale s'étend eu Europe
C'est la première fois que de la viande de cheval étiquetée comme boeuf est décelée en Finlande, en Belgique, en Espagne et en Italie. Ce scandale, véritable tromperie sur marchandise, gagne désormais tous les grands pays d'Europe. Les 27 Etats membres de l'Union Eurpéenne continuent à procéder à des tests pour détecter d'éventuelles traces de cheval dans les plats préparés.

Spanghero peut enfin souffler
Hier, le gouvernement français a autorisé Spanghero à reprendre une partie de ses activités, suspendues depuis jeudi dernier. Après vérification des viandes stockées dans son usine du sud-ouest, l'entreprise française peut se remettre à la production de viande hachée, à la saucisserie et l'élaboration de plats cuisinés. En revanche, elle est toujours interdite de stockage de matières premières congelées, soupçonnées d'avoir fait l'objet d'un réétiquetage.