Découvrez notre test de NBA 2K14, la nouvelle édition de la simulation de basket de 2K Games, sortie le 4 octobre 2013 sur Xbox 360, PS3 et PC, et prochainement sur Xbox One et PS4. La licence mérite-t-elle toujours son titre de "simulation reine du dunk" ? Réponse.

En 15 ans, de changements de main en changements de nom, la licence NBA 2K a gagné en maturité et en réalisme. Des graphismes saisissants, un gameplay solide et l'introduction des légendes comme Michael Jordan (NBA 2K11) ou Magic Johnson (NBA 2K12), ont finalement permis à la série d'atteindre des sommets ces dernières années. NBA 2K14 va-t-il révolutionner nos parties autant que les précédents volets ?

A "LeBron" franquette

NBA 2K14 opère tout d'abord un changement de cap du côté des modes de jeu avec le mode "LeBron : un pied dans l'histoire" dans lequel on incarne, non plus une légende, mais un poulain de 2,03 m et 113 kg : LaBron James. Et les ambitions des développeurs sont grandes : imaginer ce que deviendrait la carrière du célèbre basketteur s'il restait chez les Heat ou s'il voguait vers d'autres horizons dans les 6 prochaines années

Malheureusement, mis à part une intro signée par LeBron "himself" dont les propos vous hérisseront les poils, ce mode manque cruellement de dynamisme. L'absence d'une véritable mise en scène est plus que déroutante, le "scénario" ne se limitant qu'à une succession de match et quelques lignes de texte. Dans la forme, Visual Concept propose donc quelque chose de trop léger pour être véritablement appréciée à sa juste valeur.

Tous les oeufs dans le même panier ?

Cette édition propose heureusement tout le contenu, solo et muli, qui a fait la force de ses prédécesseurs. Le mode MyCareer, proposant d'incarner un joueur que l'on a créé de la tête aux pieds, fait ainsi son grand retour et reste d'ailleurs fidèle à sa construction : détaillé, réaliste et terriblement addictif. Le mode "Groupes" de NBA 2K11 revient aussi, l'objectif étant toujours de former une équipe avec son basketteur et de défier avec quatre de ses amis d'autres joueurs en ligne. Sans parler des modes annexes (compétition, association...), certes peu dépaysants, mais loin d'être anecdotiques.

Conscient de l'engouement des européens pour la série, Visual Concept fait également un pas vers le Vieux Continent avec l'introduction de l'Euroligue. 14 équipes font leur entrée. Seul bémol, aucune équipe française n'a répondu à l'appel. 2K Games s'est aussi associé cette année à Stats Inc. Dans les grandes lignes, grâce à ce partenariat, NBA 2K14 met à jour automatiquement les statistiques des joueurs en fonction de leurs performances dans la vie réelle, qu'ils soient blessés ou accusent une baisse de régime. Un véritable plus pour ceux qui suivent l'évolution du championnat quotidiennement

Hoop Hoop Hoop, Hourra !

Sur le terrain, les basketteurs virtuels ne perdront pas leurs repères. En dépit d'une défense moins "gruyère" et de bugs de collision bien moins récalcitrants, NBA 2K14 propose principalement de légères améliorations peaufinant un gameplay déjà bien rodé. On pense notamment au nouveau système tactique accessible via la croix directionnelle permettant de modifier en temps réel la stratégie de son équipe. Mais en réalité, la véritable évolution du jeu ne s'adresse pas aux adeptes du parquet mais aux néophytes : le ProStick qui offre la possibilité de tirer et dribbler avec le stick analogique.

Les débutants y verront un moyen simple de réaliser des mouvements renversants et authentiques (double-pas, tir renversé...), portés par de nouvelles animations fluides, en défense comme en attaque. Passer par la case entraînement sera néanmoins un impératif. Les experts privilégieront les commandes traditionnelles aux commandes pro qui souffrent d'un léger temps de latence d'exécution, des secondes précieuses lors des affrontements tendus dans la raquette. Le gameplay reste en tout cas exigeant et d'une efficacité à toute épreuve, sans pour autant bousculer nos habitudes de jeu.

Un spectacle son et lumière

Visuellement, tant dans la modélisation des joueurs que des terrains, NBA 2K14 est une claque, point. Certains trouveront toujours à redire du manque d'améliorations graphiques. Mais comment les développeurs de Visual Concept pouvaient-ils faire mieux après avoir poussé les consoles current-gen dans leurs derniers retranchements ? C'est donc sur next-gen qu'il conviendra de poser les yeux plus attentivement.

Côté bande-son, LeBron James s'est chargé personnellement de nous concocter une playlist de choix et surtout éclectique. La figure des Miami Heat parvient même à nous faire oublier les musiques sélectionnées l'année dernière par Jay-Z (producteur de NBA 2K13) avec des tubes comme Get Lucky de Daft Punk, In The Air Tonight de Phil Collins ou encore Hate Me Now de Nas et P. Diddy, des sons taillés pour le ballon.

Verdict : On peut en vouloir à Visual Concept de ne pas avoir fait preuve d'un peu plus d'audace ou d'originalité, notamment du côté des modes de jeu ou encore du gameplay (malgré tout infaillible), NBA2K14 n'en reste pas moins l'une des meilleures simulations de basket. Les yeux sont à présent rivés vers la next-gen qui, on l'espère, proposera de plus nettes améliorations en matière d'immersion.

17/20

A lire aussi : Test Just Dance 2014 : la licence a-t-elle toujours le rythme dans la peau ? / Test FIFA 14 : une maîtrise du ballon parfaite... avant l'invasion next-gen ? / Xbox One : vers une compatibilité clavier et souris ? / Sleeping Dogs : Triad Wars, la suite du GTA-like version Kung-Fu confirmée