Tara McDonald s'apprête à envahir les charts ! Après avoir cartonné en 2008 avec David Guetta sur Delirious, la jeune britannique prépare activement son premier album dont le single Give Me More vient de sortir. Lors d'un passage à Paris, Tara McDonald nous a reçus pour une interview. Elle se confie sur ses débuts, so

Tara McDonald s'apprête à envahir les charts ! Après avoir cartonné en 2008 avec David Guetta sur Delirious, la jeune britannique prépare activement son premier album dont le single Give Me More vient de sortir. Lors d'un passage à Paris, Tara McDonald nous a reçus pour une interview. Elle se confie sur ses débuts, son album à venir et sa participation à Playboy !

Parles-nous un peu de tes débuts. Comment as-tu commencé dans la musique ?
J'avais 9 ans et tout ce que je savais, c'était que je voulais chanter. Quand on est si jeune, on ne sait pas vraiment vers quelle musique on va s'orienter. J'ai donc participé à la comédie musicale Les Misérables. A l'époque, je vivais dans un petit village et je suis presque arrivée là par accident. Au début j'étais très timide, je participais à un atelier organisé par l'église du village. On m'a dit : 'Il y a une audition ouverte au public, tu devrais y aller'. L'audition était même diffusée à la télé. Mes parents m'ont emmenée et j'ai eu le rôle. J'ai participé à la comédie musicale pendant deux ans, c'était intense !

Comment es-tu venue à la musique électro ?
Je suis tombée amoureuse de l'électro ! A partir du moment où je suis entrée dans une boîte de nuit quand j'étais adolescente, ça a influencé ma manière de chanter. J'achetais des CD avec mon argent de poche et j'ai appris à chanter avec ces CD-là. J'étais timide et quand j'allais en boîte, c'était très sombre et je pouvais être n'importe qui. J'aimais être anonyme et avoir une liberté complète. C'est comme ça que tout a commencé.

Parlons maintenant de ton premier single solo, Give Me More. Qu'est ce qui t'a inspiré pour ce titre ?
En fait, je l'ai co-écrit. Aujourd'hui, j'écris avec toute une équipe car en faisant tout soi-même, c'est plus difficile de maîtriser la qualité des chansons. Quand j'écris, je parle très souvent de mes expériences personnelles et de ce que je traverse. Give Me More est une chanson très amusante. Je pense que c'est une des chansons les plus pop que j'ai jamais chantée. Ce que j'adore dans cette chanson, c'est qu'elle rassemble tout ce que j'aime. Il y a de ma personnalité un peu folle mais aussi de l'électro ou encore du dub-step qui est très connu en Angleterre mais pas trop ailleurs en Europe. Je ne pense pas que le titre ressemble à qui que ce soit, il est très 'moi'.

Et le clip aussi est très original. Quelles ont été tes inspirations ? Alice au Pays des Merveilles peut-être ?
A vrai dire, ce n'était pas vraiment ce qu'on avait en tête mais beaucoup de gens me l'on dit ! Je suis une grande fan de Tim Burton et le clip a un peu cette ambiance à la fois sombre, folle et très colorée. Je voulais faire penser à un rêve un peu barré. Ca commence dans une réunion et puis on passe dans un monde un peu fou. Le tournage s'est déroulé à Paris et j'ai beaucoup souffert ! J'ai dû porter beaucoup de perruques et tout s'est tourné en une seule journée. C'était très intense puisque ça a duré 20 heures non-stop et j'ai dû changer environ 7 fois de costumes.

Et puis ensuite il y aura ton premier album qui sortira en septembre. Tu es toujours à fond dans le travail ?
Oui, j'y travaille encore et toujours ! En fait, je retourne en studio après-demain. Chaque jour j'écris, j'enregistre. Même si je suis ici à Paris, je travaille sur mon ordinateur. Souvent, je chante dans mon micro dans les halls d'hôtels et les gens me prennent pour une dingue ! Mais je veux que cet album soit très spécial car c'est mon premier ! Ca fait si longtemps que j'attends ça. Je veux qu'il soit très amusant, je veux montrer des côtés différents de ma personnalité. Je veux montrer mon côté fou à travers ma musique. C'est très important pour moi, surtout que les gens m'ont découvert à travers David Guetta et pas en tant qu'artiste à part entière. Ce sera essentiellement de la musique faite pour les dancefloors : de l'électro bien sûr. Je veux offrir à mes fans des chansons géniales qui vont perdurer dans le temps.

En 2008, tu as enregistré Delirious avec David Guetta. Quelle est l'histoire derrière cette chanson ?
Dans ma carrière, j'ai beaucoup travaillé mais j'ai aussi eu beaucoup de chance. Un mec qui vivait en Allemagne m'a contactée via Myspace. Car avant de travailler avec David, j'avais déjà fait quelques hits en Angleterre. Cet homme m'a envoyé des musiques et m'a dit 'Je sais que tu écris et que tu chantes, tu veux essayer d'écrire pour moi ?'. J'ai tout de suite accroché sur une des musiques, qui est celle utilisée dans Delirious. C'est comme ça que j'ai écrit la chanson qui parle essentiellement de vacances et du fait de s'échapper.

Alors comment est venu le temps de la rencontre avec David Guetta ?
On lui avait envoyé la chanson, mais il ne savait pas qu'elle était de moi. Un de mes amis a rencontré son manager dans un bar, encore tout à fait par hasard. David me connaissait déjà grâce à mes autres chansons. Quand je l'ai rencontré, il m'a fait écouter quelques titres de son futur album et parmi eux, il y avait Delirious. Je lui ai alors dit qu'elle était de moi et voilà ! C'est une personne que je respecte énormément.

Comment as-tu rencontré Quentin Mosimann avec qui tu as enregistré All Alone l'année dernière ?
Avec Quentin, on s'est rencontrés à Paris au VIP Room il y a quelques années. Je ne savais pas que c'était un artiste français connu, je pensais simplement que c'était un mec très gentil. On a parlé pendant un moment et il m'a demandé de chanter avec lui. C'est comme ça qu'on a fait All Alone. Il est devenu un très bon ami. Et puis on a un amour commun pour l'électro.

Tu as aussi à participé à la version belge de The Voice avec lui. Qu'est ce que tu faisais exactement ?
En fait, j'étais la coach vocale pour son équipe. Quand Quentin m'a demandé de faire The Voice Belgique avec lui, j'ai eu très peur parce que c'était en français et mon français est vraiment nul. J'avais peur de ne pas pouvoir donner le meilleur de moi-même aux candidats. Mais finalement, tout s'est très bien passé. Ca a été une expérience très émouvante car on s'entend bien avec les candidats et ensuite ils partent ! The Voice, je n'avais pas ça quand j'ai commencé et j'adore le concept. Si j'avais eu la même chose quand j'ai débuté, j'aurais appris beaucoup plus vite ! C'était une superbe expérience ! Je suis toujours en contact avec les candidats, j'essaye de les aider comme je peux. Et en plus, le gagnant de l'émission, Roberto, était de notre équipe !

En 2010, tu as posé pour la version française de Playboy. Cette édition a eu un succès fou. Comment c'était ?
C'est très étrange comme histoire ! J'étais en tournée quand on m'a demandé de le faire. Au début, je croyais que c'était une blague. Franchement, je ne ressemble pas vraiment à une playmate. Quand on m'a dit que c'était une vraie offre, je me suis dit 'Pourquoi pas'. Je ne suis pas quelqu'un de timide : quand je bronze, je suis souvent topless. Ma vie a vraiment changé depuis Playboy. C'est très flatteur quand on vous demande de faire la couverture de Playboy. Et, en plus, c'était une édition spéciale musique donc c'était important. Bon, ma maman a vraiment eu très peur mais je ne regrette rien ! En plus, l'homme qui m'a contactée pour faire Playboy à l'époque est maintenant mon manager et mon petit-ami donc c'est très fou tout ça !

C'est une chose que tu voudrais refaire ?
Pourquoi pas ! Tant que c'est bien fait avec des photographes de renom. Par exemple, Lady Gaga a fait un livre avec Terry Richardson et pour moi, c'est génial ! J'adore la photographie et David LaChapelle. Et puis j'ai tendance à bien aimer les photos avec un peu de nudité.

Qu'est ce qui te différencie des autres chanteuses ?
Je me considère comme une personne bercée dans l'électro. Je fais de l'électro parce que je ne connais que ça alors qu'aujourd'hui beaucoup de stars de la pop font de l'électro parce que ça marche. Dans quelques années, quand l'électro ne sera plus à la mode, elles feront autre chose. Moi, j'ai dédié ma vie à ça et j'aime ce monde. Je pense que c'est ce qui me différencie.

Que fais-tu quand tu ne chantes pas ?
J'ai mon émission de radio Shut Up & Dance diffusée sur FG. J'adore faire ça car ça me permet de rester au courant de ce qui se passe. Maintenant que j'écris mon album, je ne sors plus autant. Pendant 6 ans, j'ai fait le tour des boîtes de nuit. Je sortais 4 jours sur 7 ! Maintenant j'ai pris un break donc tout ça me manque !

Pour finir, tu as un message pour tes fans et ceux qui vont apprendre à te connaître ?
Je veux leur dire un très grand merci. Je ne m'attendais pas à tout ça. Le public français m'a tellement soutenue depuis David Guetta. C'est génial et ils m'inspirent tout le temps. Mes fans sont vraiment mes petites étoiles, c'est même le surnom que je leur ai donné. J'ai toujours l'impression qu'ils sont là avec moi. Et pour ceux qui ne me connaissent pas, je serai en concert le 1er juin avec NRJ, Justin Bieber et Jenifer. J'espère les voir là-bas !

Propos recueillis par Aubéry Mallet. Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer Purefans News / Adobuzz.com

Tara McDonald
Tara McDonald : un duo avec "un artiste nommé aux Grammy"
So Happy in Paris : la soirée électro de l'automne à l'Olympia
News
essentielles
sur le
même thème