Le Paraguay vient d'élire un multimillionnaire à la tête du pouvoir. Le riche entrepreneur Horacio Cartès a remporté haut la main l'élection présidentielle. Membre du Parti Colorado, au pouvoir durant les heures sombre de la corruption, il est accusé de liens avec le trafic de drogues.

Il n'y a pas qu'au Venezuela que l'élection présidentielle fait débat. Alors que les Vénézueliens ont choisi Nicolas Maduro, le poulain du défunt Chavez, les Paraguayens ont élu Horacio Cartès, un riche entrepreneur membre du Parti Colorado.

Un vote remporté haut la main

Contrairement à Nicolas Maduro, pour qui l'élection s'est jouée à peu de voix, Horacio Cartès a remporté le vote haut la main. D'après les sondages, Horacio Cartès, 56 ans, totalise plus de 46% des voix loin devant l'autre candidat de droite, Efrain Alegre, du Parti libéral (37% des suffrages). Le multimillionnaire a ainsi permis au Parti historique de centre-droit, soutien du dictateur Alfredo Stroessner entre 1954 et 1989, de retrouver le pouvoir. Ses électeurs ont sans doute étaient charmés par ses promesses d'investissements étrangers dans un des pays les plus pauvres de l'Amérique du Sud.

"Scarface" comme Président ?

Horacio Cartès a fait fortune dans le tabac et détient aujourd'hui tout un tas d'entreprises, dont une banque et des marques de sodas. Il a également été Président du club de football national Libertad de Asuncion. Mais tout comme Maduro au Venezuela, qui a vu les opposants au régime se soulever dans la rue, l'élection de ce "Berlusconi" paraguayen est déjà contestée. En cause ? Des supposés liens avec le trafic de drogues. Il est même surnommé "Scarface" par ses détracteurs. Des accusations que le principal intéressé a toujours niées.