Moha La Squale dévoile le déclic qu'il a eu en prison pour changer de vie
Moha La Squale fait partie des phénomènes rap du moment, mais avant cette consécration et cette carrière, le jeune artiste est passé par la case prison à l'âge de 18 ans. C'est d'ailleurs dans sa cellule de Fleury-Mérogis qu'il a eu un véritable déclic pour changer de vie et se reprendre en main. L'interprète de "Bandolero" se confie dans C à vous sur France 5.

Moha La Squale revient de loin. Son parcours n'est pas des plus exemplaires, mais celui qui collabore avec Lacoste est sans aucun doute la preuve qu'on peut toujours s'en sortir et qu'il ne faut jamais baisser les bras. Pour ceux qui ne connaissent pas son histoire, Moha La Squale a commencé à dealer de la drogue à 12 ans afin de venir en aide financièrement à sa mère non-voyante et ses frères et soeurs. À l'âge de 18 ans, il est arrêté et relâché quelques mois plus tard : c'est à ce moment-là que sa vie change du tout au tout.

Moha La Squale se confie sur son changement de vie après la prison

Peu de temps après sa libération, l'interprète de "Bandolero" devient livreur de pizza et est repéré par le réalisateur Barney Frydman qui lui offre un rôle dans son court-métrage "La Graine". Attiré par ce milieu, il s'inscrit ensuite au Cours Florent, mais se découvre aussi une passion pour la musique. Il commence alors à poster des morceaux, inspirés notamment de sa vie personnelle et son quartier La Banane dans le 20e arrondissement de Paris, sur YouTube et aujourd'hui, il cartonne avec son premier album "Bendero".

Mais quel a été le déclic pour que Moha La Squale change de vie ? C'est dans C à vous, sur France 5, que l'on apprend que le rappeur aux millions de vues sur YouTube a eu une révélation en regardant un reportage à la télé sur des élèves ayant eu leur bac : "je dormais en bas, mon co-détenu avait allumé la télé et en regardant ça, ça m'avait fait un gros boum au coeur. Après ça, on a mis D17 et il y a eu la chanson "Papaoutai". Je pensais à mon papa qui n'était plus là depuis longtemps et je me disais, s'il me voyait là-maintenant... Ce n'est pas ce que je voulais. Ma place était à côté de tous ceux-là. J'aurais bien aimé pleurer avec eux", explique Mohamed Bellahmed de son vrai nom. Une histoire touchante.

News
essentielles
sur le
même thème