Question du jour, bonjour : les députés sont-ils machos ? Selon les députés de la majorité ça ne fait pas un doute. Laurence Dumont (PS), qui remplaçait Claude Bartolone à la présidence de l'Assemblée nationale, a subi les foudres de l'opposition. Un comportement jugé machiste par les députés PS.

Question du jour, bonjour : les députés sont-ils machos ? Selon la majorité ça ne fait pas de doute. Laurence Dumont (PS), qui remplaçait Claude Bartolone à la présidence de l'Assemblée nationale, a subi les foudres de l'opposition. Un comportement jugé machiste par les députés PS.

Macho, macho man... Pas facile en ce moment de présider les débats à l'Assemblée nationale. Et encore quand on est une femme. Laurence Dumont, qui remplaçait Claude Bartolone au perchoir ce mercredi 6 février pourrait en témoigner. Après Christiane Taubira, le serial-clasher de l'hémicyle, j'ai nommé M. Christian Jacob, s'est frotté à la vice-présidente de l'Assemblée.

La journée avait pourtant relativement bien commencé. En discussion : l'article 4 du projet de loi sur le mariage pour tous, tout autant sujet à débat que l'article 1. Il prévoit que les termes de "père" et de "mère" devront être entendus en tant que "parents" en cas de couple homosexuel. Bien sûr, côté droite on s'insurge un peu. Mais l'incident éclate quand les députés UMP hurlent "Bartolone ! Bartolone !" (pour qu'il revienne), estimant que sa remplaçante, l'ingrate, a coupé la parole à leur chef Christian Jacob.

Et ça, ça gonfle sérieusement la majorité qui s'écrie : "Assis ! Assis !". La séance est alors suspendue cinq minutes, ce qui n'empêche pas les députés des différents clans de s'agresser. Les députés PS accusent les parlementaires de droite d'être "machos".

Résultat des courses : l'Assemblée s'est séparée ce jeudi matin vers 4h... sans avoir voté l'article 4. Alors Cri-Cri aussi macho que Giuseppe (Qui veut épouser mon fils) ?