Marc Dutroux, le pédophile belge, avait demandé sa remise en liberté sous bracelet électronique. Arrêté en 1996 pour le rapt et le viol de six jeunes filles, et le meurtre de quatre d'entre elles, il a été condamné à la prison à perpétuité. Ce lundi, le tribunal lui a refusé sa demande, sans grande surprise. Les motif

Marc Dutroux, le pédophile belge, avait demandé sa remise en liberté sous bracelet électronique. Arrêté en 1996 pour le rapt et le viol de six jeunes filles, et le meurtre de quatre d'entre elles, il a été condamné à la prison à perpétuité. Ce lundi, le tribunal lui a refusé sa demande, sans grande surprise. Les motifs : un trop grand risque de récidive et l'absence de perspective de réinsertion.

Pas de bracelet électronique pour Dutroux
Arrêté en 1996 et condamné à la perpétuité en 2004 pour le viol de six jeunes filles et le meurtre de quatre d'entre elles, Marc Dutroux avait plaidé, le 4 février dernier au Palais de justice de Bruxelles, pour une remise en liberté conditionnelle après avoir purgé un tiers de sa peine (assimilée à 45 ans). L'homme "le plus détesté" de Belgique, absent de l'audience ce lundi 18 février, vient de voir sa demande refusée. Tous les avis, concernant sa possible libération, se sont révélés défavorables.

Des avis négatifs
Sa non-libération est loin d'être une surprise. Si le meurtrier-pédophile remplissait bien les conditions juridiques pour prétendre à une libération conditionnelle, à savoir avoir purgé un tiers de sa peine, il ne répondait pas aux critères sociaux. Son projet professionnel manquait de sérieux : l'ex-électricien de Charleroi envisageait de devenir plombier ou carrossier indépendant, alors qu'il ne possède pas la formation adéquate. Le risque de récidive, l'absence d'hébergement potentiel viable et de perspective de réinsertion ainsi que le danger qu'il représente pour les victimes et leurs familles ont conduit le tribunal à rejeter sa demande.

La mère de Dutroux : "Ne Libérez pas mon fils"
Dans une interview donnée à l'hebdo belge Soir Magazine, sa propre mère s'oppose à sa libération. "Marc n'est pas prêt pour être libéré parce qu'il veut toujours attribuer aux autres la responsabilité de ses actes. Je suis certaine qu'il va recommencer. Il n'a aucun sens des réalités. C'est un récidiviste" déclare-t-elle avant de confier, inquiète : "J'espère ne plus être de ce monde quand il sortira de prison".

Dans l'actu aussi : Pape : les cardinaux-twittos privés de Twitter / Nantes - le père sur la grue prépare sa 4e nuit pour récupérer son enfant