Personne ne résiste à Twitter... pas même les hommes d'Eglise. Et le futur ex-pape Benoît XVI, qui s'est mis aux tweets en 2012 et a battu les records de Justin Bieber, n'est pas le seul à être un fervent adepte du célèbre réseau social. Mais à l'approche de l'élection du nouveau souverain pontife, les cardinaux accros

Personne ne résiste à Twitter... pas même les hommes d'Eglise. Et le futur ex-pape Benoît XVI, qui s'est mis aux tweets en 2012 et a battu les records de Justin Bieber, n'est pas le seul à être un fervent adepte du célèbre réseau social. Mais à l'approche de l'élection du nouveau souverain pontife, les cardinaux accros à Twitter ont reçu pour ordre de laisser tomber les "gazouillis".

Une démission commentée sur Twitter
La semaine dernière, la démission de Benoît XVI a fait grand bruit dans le monde entier. Un annonce perçue comme un signe de la fin du monde par certains, et commentée sur Twitter par quelques-uns des 117 cardinaux qui éliront le prochain pape en mars prochain. Car, oui, l'Eglise catholique aime, elle aussi, parler de l'actualité du moment en 140 caractères maximum.

Pas de Twitter pour le nouveau pape
Mais la tradition, c'est la tradition. Même si le tweet a plus que jamais la cote en 2013, pas question que le nom du nouveau pape soit annoncé sur Twitter. Selon le site Catholic News Services, les cardinaux-twittos (ils seraient 9 sur 117) ont ainsi reçu pour ordre du Vatican de ne pas tweeter pendant le prochain conclave, prévu pour le mois de mars. Un coup dur notamment pour le Cardinal Mahony, qui avait promis à ses followers de "tweeter quotidiennement". Preuve que certains hommes d'Eglise sont aussi accros à Twitter que Lady Gaga !

Comme depuis toujours, c'est donc la fameuse fumée blanche au-dessus de la chapelle Sixtine qui annoncera au monde entier qu'un nouveau pape a été élu. Le Vatican n'est pas encore complètement prêt pour l'ère numérique.

News
essentielles
sur le
même thème