Mangas, bientôt la fin des scans illégaux ? 4 maisons d'édition japonaises frappent fort
Mangas, bientôt la fin des scans illégaux ? 4 maisons d'édition japonaises frappent fort
Lire des mangas, c'est bien, les télécharger illégalement, ça l'est un peu moins. C'est ce que tentent de rappeler 4 grosses maisons d'édition japonaises, prêtent à tout pour lutter contre les scans illégaux de leurs oeuvres.

Le Japon vs les scans illégaux

Il n'y a pas que les séries ou les films qui sont téléchargés illégalement par le grand public. Au contraire, les mangas - au travers des scans, sont également au centre de tels délits. La raison ? Certains auteurs ont du mal à s'arrêter, ce qui fait que leurs titres peuvent s'étaler sur des décennies. Autrement dit, une collection de mangas peut vite prendre de la place et coûter très cher. De plus, le scan reste pour beaucoup de fans le meilleur moyen d'être à jour sur les sorties japonaises et ainsi éviter les spoilers.

Problème pour ces fans qui vivent dans l'illégalité, le Japon semble de plus en plus énervé par de telles pratiques. Sora News 24 vient de dévoiler l'information, 4 maisons d'édition emblématiques japonaises viennent de déposer une plainte commune à New York contre plusieurs sites partageant des scans illégaux. Ainsi, Shueisha (Shonen Jump), Kodansha (Shonen Magazine), Shogakkan (Shonen Sunday) et Kadokawa (Shonen Ace) se sont associées afin de faire fermer ces sites comme "Hoshinoromi.org" - tous décrits comme des petits frères indirects du célèbre ex-site illégal "Manga-Mura" - et demander des réparations.

Une action internationale à venir ?

Comme le rappelle le site ComicBook, cette action en justice n'a rien d'anodine : "C'est loin d'être la première fois que le Japon se ligue contre le piratage de mangas, mais cette plainte est unique puisqu'elle est portée par 4 éditeurs majeurs". Et si, pour l'instant, elle ne concernerait que des sites asiatiques hébergés aux USA - d'où la plainte portée à New York, le fait de voir ces maisons d'édition sortir hors du Japon pour attaquer le problème à la source laisse clairement entendre que cette action pourrait rapidement devenir internationale.

Oui, tous vos sites préférés - qu'ils soient anglais ou français, pourraient bientôt être les prochains sur la liste. Et pour ceux qui ne s'inquiètent pas encore, sachez tout de même que la récente fermeture de Manga-Mura était déjà un signal fort, puisque ce site recensait près de 60 000 mangas et se targuait de réunir près de 100 millions de visiteurs par mois.

Désolé pour Luffy, la vie de pirate semble toucher à sa fin...

News
essentielles
sur le
même thème