Le concierge de l'hôtel parisien où Kim Kardashian a été agressée, Abdulrahman, était présent pendant l'attaque. Il a raconté tous les détails sordides de cette agression, de la violence des agresseurs aux réactions de Kim K.

"Garde la tête baissée sinon je te tue"

Kim Kardashian n'était pas entièrement seule la nuit de son agression à Paris. En plus de son amie styliste qui était dans une autre chambre de l'hôtel de Pourtalès au moment de l'attaque, le concierge de l'établissement de luxe, Abdulrahman, était quant à lui aux côtés de Kim Kardashian. L'homme de 39 ans et père d'un enfant a raconté toute l'agression de Kim Kardashian au DailyMail, dans les moindres détails. Des nouvelles informations qui font froid dans le dos. "J'étais à la réception, ils m'ont fait signe depuis la porte en vitre" s'est-il souvenu. Il se rappelle : "J'ai vu des uniformes de police donc j'ai ouvert et ils m'ont attrapé et menotté. Deux d'entre eux avaient des cagoules, le troisième un col roulé jusqu'aux yeux. D'abord j'ai cru que c'était la police qui intervenait puis, quand ils m'ont demandé où se trouvait la caméra de sécurité, j'ai compris que c'était un cambriolage". Un vol de bijoux dont le butin s'élèverait à près de 10 millions d'euros.

"J'ai regardé l'un d'eux et il s'est énervé, il m'a dit : 'Garde la tête baissée sinon je te tue'" a précisé Abdulrahman, avant d'ajouter : "ils m'ont forcé à leur dire le numéro de l'appartement de Kim". Une fois à l'intérieur de l'appartement que Kim Kardashian avait loué avec sa famille, le concierge et les agresseurs se sont retrouvés face à la star. "Elle avait si peur. Elle pleurait et elle criait, les hommes lui criaient dessus et le fait qu'elle ne comprenne pas les énervait encore plus" a raconté le concierge. Ce dernier a ainsi dû jouer le rôle du traducteur, demandant à Kim Kardashian de se taire comme le lui ont demandé les voleurs.

"Elle m'a demandé si on allait mourir"

"J'ai posé ma main sur l'épaule de Kim et lui ait dit de rester calme. Je lui ait dit d'être silencieuse. Elle s'est assise sur son lit. Elle m'a demandé : 'Allons-nous mourir ?'. Je lui ai répondu que je ne savais pas" s'est remémoré Abdulrahman. Une conversation qui glace le sang. "Elle m'a dit : 'J'ai une famille et des bébés'. Je lui ai dit que moi aussi j'avais un fils. Et elle a recommencé à crier", indiquant que c'est à cause de ses cris que Kim Kardashian s'est retrouvée bâillonnée avec du ruban adhésif noir sur la bouche. Les hommes ont ensuite ligoté les mains et les pieds de la star avec le même ruban adhésif.

Puis le téléphone portable de Kim Kardashian s'est mis à sonner, et le concierge a vu le nom de Pascal Duvier s'afficher sur le smartphone. "Vous savez qui l'appelle ? Son garde du corps. Si elle ne répond pas il viendra ici avec la police" a ainsi lancé Abdulrahman aux assaillants. Leur réaction ? "Ils sont tout de suite partis en courant". Avant que Kim Kardashian ne quitte Paris, "elle m'a pris dans ses bras et je lui ai expliqué que le plus important c'est qu'on était saufs et en vie" a-t-il indiqué. Mais l'homme s'inquiète pour la mère de North et Saint West : "J'espère qu'elle va mieux mais je ne pense pas. C'était vraiment très terrifiant".

Kim Kardashian
Kim Kardashian et d'autres stars boycottent Instagram et Facebook : voilà pourquoi
Kim Kardashian annonce la fin de L'incroyable famille Kardashian après 14 ans et 20 saisons
Kim Kardashian et Kanye West au bord du divorce ? "Elle est vraiment bouleversée"
Kim Kardashian : après les craquages de Kanye West, elle s'exprime sur ses "troubles bipolaires"
voir toutes les news de Kim Kardashian Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème