Julio Iglesias était utilisé comme moyen de torture au Chili sous Augusto Pinochet
Julio Iglesias était utilisé comme moyen de torture au Chili sous Augusto Pinochet
A l'occasion du 40e anniversaire du coup d'Etat d'Augusto Pinochet au Chili, une étude britannique vient de révéler certaines méthodes de torture peu conventionnelles sous l'ère du dictateur. Parmi elles : diffuser à plein volume du Julio Iglesias. Souffrances psychologiques garanties.
Lorsque Augusto Pinochet était dictateur du Chili, les autorités n'hésitaient pas à balancer à plein volume des musiques de Julio Iglesias pour briser psychologiquement des prisonniers. La torture... C'est ce que vient de révéler une étude britannique à l'occasion des 40 ans du coup d'Etat du dictateur.

Du Julio Iglesias comme instrument de torture

Si ses places de concert se vendent à 750 euros, pour beaucoup Julio Iglesias est synonyme de torture. Au sens propre comme au figuré. Selon une étude britannique de l'Université de Manchester, rapportée par 20minutes, plusieurs musiques, dont du Julio Iglesias, étaient utilisées comme instruments de torture pendant la dictature d'Augusto Pinochet au Chili (1974-1990).

S'appuyant sur les témoignages d'anciens prisonniers et de membres des services secrets chiliens sous Pinochet, Katia Chornik, chercheuse à l'Université de Manchester, explique : "Jouées à plein volume pendant des journées entières, des chansons à l'origine populaires ont été utilisées pour infliger des dommages psychologiques et physiques".

Du Julio Iglesias donc, mais pas que. La bande originale d'Orange mécanique ou la chanson My Sweet Lord de George Harrison étaient également utilisées comme de véritables armes de torture. Un ancien détenu raconte que les gardes avaient l'habitude de chanter Gigi l'Amoroso de Dalida avant les séances d'interrogatoire et de torture.

La musique qui soigne

Si les chansons du fan de Justin Bieber était synonyme de torture pour beaucoup, la musique a également permis aux détenus de tenir le coup et de supporter davantage la torture. Selon la chercheuse, "la musique a rapproché les prisonniers car elle était un moyen pour eux de faire face à leurs terribles souffrances". Julio sera ravi de l'apprendre.

Julio Iglesias
Julio Iglesias : ses chansons transformées en instruments de torture au Chili
Journée de la femme : la pire playlist de lover - top 10
Les stars
du moment
News
essentielles
sur le
même thème