Google : une nouvelle technologie en développement pour détecter le cancer
Google : une nouvelle technologie en développement pour détecter le cancer
Google va bien plus loin que son "simple" moteur de recherche. Depuis quelques années, l'entreprise s'est lancée dans l'innovation technologique avec son laboratoire pas si secret : Google X. Après le projet de voiture sans chauffeur, c'est vers la médecine que s'est tournée Google avec l'espoir de créer une nouvelle technologie qui pourrait détecter des maladies telles que le cancer.

En janvier dernier, Google annonçait le lancement de son projet autour de lentilles de contact pouvant aider les personnes atteintes de diabète à surveiller leur niveau de sucre. Aujourd'hui, l'entreprise s'attaque à une autre maladie malheureusement très répandue.

Des cancers bientôt détectés grâce à Google ?

Pour son nouveau projet, Google travaille actuellement sur une nanotechnologie qui pourrait permettre, à terme, de détecter plusieurs formes de maladies dont le cancer. L'entreprise se base sur le constat que, lorsqu'elles sont infectées par le cancer, les cellules du corps humain sécrètent des protéines et des sucres qui ne sont pas contenues dans les cellules en bonne santé.

Avec sa nouvelle technologie, Google souhaite mettre en place de minuscules nanoparticules magnétiques (1000 fois plus petite qu'une cellule sanguine) qui pourraient s'attacher aux cellules et ainsi différencier les cellules malades des cellules non atteintes. Si cette technologie ne pourrait être mise au point que dans les 5 ou 10 prochaines années, près de 100 personnes travaillent déjà sur ce projet.

"Notre ennemi, c'est la mort"

Andrew Conrad, le directeur du département des sciences de l'entreprise, a clairement indiqué que la mort était le principal ennemi de Google. "La mort est notre ennemi. Notre ennemi est la mort qui n'est pas nécessaire. Puisque nous avons la technologie pour intervenir, nous devrions y consacrer plus d'effort et d'énergie" a-t-il dévoilé. Evidemment, cette nouvelle technologie a encore quelques barrières scientifiques et administratives à franchir avant de peut-être, un jour, nous aider à prolonger l'espérance de vie.