En Inde, un grand-père a décidé de vendre son petit-fils sur Facebook, pour la modique somme de 640 euros. Il a trouvé acheteur et conclu la vente avec un riche homme d'affaires, avant de se faire pincer par la police mercredi.

Si Facebook sert pour certains à retrouver sa progéniture perdue de vue, il est pour d'autres un moyen de s'en débarrasser. En Inde, un papi a décidé de vendre son petit-fils tout juste né sur Facebook. Prix de la "marchandise" : 640 euros. La bonne affaire pour un riche homme d'affaires bien décidé à s'offrir le bébé.

Bébé à vendre

Facebook est le lieu 2.0 de toutes les revendications et autres déclarations. On s'en sert pour annoncer son suicide, obtenir les faveurs de sa douce en partant à la pêche aux "likes", se défendre d'une décision de justice qu'on juge infondée (clin d'oeil à Nicolas Sarkozy) ou encore pour poster ses petites annonces. C'est ce qu'a fait un papi en Inde pour vendre... son petit-fils. Feroz Khan, 47 ans et habitant de Ludhiana, dans l'Etat du Pendjab, à 300 km de Delhi, est accusé d'avoir enlevé son petit-fils après l'accouchement de sa fille. Il a été aidé de deux intérimaires, travaillant à la maternité, qui ont contacté l'acheteur sur Facebook et conclu la vente. Le bébé a trouvé acheteur pour la modique somme de 640 euros.

Transaction avortée par la police

Heureusement, la police a découvert le pot aux roses avant que le transaction ne soit effectuée. Les autorités ont retrouvé le bébé et l'ont rendu à sa mère, qui avait porté plainte contre son père. Les trois accusés sont poursuivis pour enlèvement et encourent sept ans de prison.