Coronavirus : Un joueur pro de rugby devient agent d'entretien dans un hôpital pour aider
Coronavirus : Un joueur pro de rugby devient agent d'entretien dans un hôpital pour aider
Alors que le covid-19 (coronavirus) continue de se propager et touche de plus en plus de personnes, les hôpitaux sont débordés. Certains ont décidé d'apporter leur aide, à l'instar de Bakary Meité, rugbyman professionnel de Carcassonne, qui est devenu agent d'entretien dans un hôpital parisien le temps de la crise.

En cette période de crise sanitaire du covid19 (coronavirus), de nombreux Français sont mobilisés. Si les élèves-étudiants en médecine sont appelés en renfort, certaines personnes se portent volontaire pour aider. C'est le cas de Charlie Boisseau, ancien infirmier et ancien candidat de The Voice 3 qui a décidé de mettre sa carrière musicale de côté et d'enfiler à nouveau la blouse blanche pour aider le personnel soignant, débordé en ce temps de la crise. Il est loin d'être le seul. Nouveau bel exemple avec le rugbyman Bakary Meité, qui a lui aussi décidé d'agir. Le troisième ligne de l'équipe de rugby de Pro-D2, Carcassonne, est devenu agent d'entretien dans l'hôpital Sainte-Périne, situé dans le 16ème arrondissement de Paris.

Bakary Meité devient agent d'entretien dans un hôpital parisien

Interviewé par Europe 1, il a expliqué s'être engagé "par solidarité avec son neveu" : "Il est apprenti rugbyman, joue en espoir à Carcassonne, c'est un peu lui rendre la pareille : il a voulu faire comme moi en voulant être joueur de rugby, et maintenant c'est moi qui veux faire comme lui en faisant preuve de solidarité.". C'était comme une évidence pour lui : "J'aurais pu rester chez moi, rester confiné comme la majorité des Français mais l'opportunité s'est présentée, je l'ai saisie sans réfléchir, sans trop savoir dans quel hôpital j'allais, dans quel service.", ajoute-t-il.

Le joueur de rugby veut aider pendant la crise du coronavirus

Il a alors pu découvrir un univers bien différent du rugby, qui l'a marqué : "C'est clair qu'en passant dans les couloirs et en nettoyant, en désinfectant les poignées de portes de chambre, je fais face à des patients qui sont parfois mal en point, qui sont en fin de vie, et je vois aussi autour de moi des gens qui sont dévoués, qui sont extraordinaires."

Il salue le travail du personnel soignant : "Je suis de passage, je vais faire ça le temps nécessaire, mais il y a des gens qui font ça depuis des années, des Français qui se lèvent tous les matins, qui sont au contact de patients malades, dans un contexte que l'on connaît tous." Il ajoute "Si je suis là c'est que certains ont peur, refusent d'y aller, et on peut le comprendre, mais d'autres continuent de le faire. Ces gens m'inspirent beaucoup, j'ai rencontré des gens formidables. Ce sont des Français pour l'extrême majorité d'origine étrangère qui sont là depuis des années, qui ne font pas de bruit, dont on ne parle pas souvent". Si vous aussi vous voulez aider à votre échelle, vous pouvez vous inscrire dans la Réserve civique mise en place par le gouvernement.