Coronavirus : une 2e vague "extrêmement probable" à l'automne selon le Conseil scientifique
Coronavirus : une 2e vague "extrêmement probable" à l'automne selon le Conseil scientifique
Si le déconfinement s'est accéléré ces derniers jours avec notamment la réouverture des cinémas et le retour à l'école, cela ne signifie pas pour autant que le coronavirus (covid-19) est parti. Bien au contraire, le Conseil scientifique émet l'hypothèse d'une deuxème vague à l'automne prochain, quand les températures auront baissé. Un scénario "extrêmement probable"...

L'épidémie de coronavirus (covid-19) serait-elle derrière nous ? C'est ce que l'on pourrait croire en observant le comportement des Français ces derniers jours. A l'occasion de la fête de la musique ce dimanche 21 juin 2020, la foule a envahi le canal Saint-Martin et le 10ème arrondissement de Paris oubliant masques, gestes de distanciation sociale et les mesures barrière.

S'il y a clairement un relâchement ces dernières semaines alors que l'épidémie semble "sous contrôle", c'est aussi à cause de l'accélération du déconfinement, avec la réouverture des cinémas et le retour à l'école obligatoire depuis ce 22 juin. Mais attention, le gouvernement et les médecins ne cessent de nous rappeler que le virus est toujours là.

Une deuxième vague de la covid-19 "extrêmement probable" à l'automne ?

Si l'hypothèse d'une deuxième vague semble bien loin pour de nombreux Français, malgré l'apparition de nouveaux clusters, le Conseil scientifique n'est pas du même avis. Dans un avis rendu public ce lundi 22 juin, l'instance fait part de sa crainte d'un retour de la covid-19 en Europe après la rentrée, lorsque les températures vont chuter. "Une intensification de la circulation du SARS-CoV-2 dans l'hémisphère nord à une échéance plus ou moins lointaine (quelques mois, et notamment à l'approche de l'hiver) est extrêmement probable".

Si la situation semble s'être stabilisée en France, elle est loin de l'être dans d'autres pays. Selon l'Organisation mondiale de la santé, l'épidémie "continue de s'accélérer dans le monde. Il a fallu plus de trois mois pour que le premier million de cas soit signalé. Le dernier million de cas a été signalé en seulement huit jours".

News
essentielles
sur le
même thème