La fin des blagues Carambar ne plaît pas à tout le monde
La fin des blagues Carambar ne plaît pas à tout le monde
La fin annoncée des blagues Carambar ne fait pas rire tout le monde. Sur Facebook, la ville de Marcq-en-Baroeul, dans le Nord de la France, a décidé de lancer une pétition pour sauver les jeux de mot faciles et les devinettes bas de gamme. But de ce mouvement ? Sauver "une partie importante de l'identité du Carambar".

La "triste" nouvelle est tombée en fin de semaine : c'est bientôt la fin des blagues Carambar. A la place, le célèbre bonbon qui colle aux dents proposera des jeux "ludo-éducatifs". Mais la culture G à la place des devinettes, ça ne passe pas chez certains.

Mobilisation pour sauver les blagues

Il y a ceux qui se mobilisent contre l'explosion du chômage, pour ou contre le mariage gay ou encore nu(e)s pour sauver les animaux. Puis il y a la ville de Marcq-en-Baroeul, lieu de naissance des Carambars où ils sont toujours fabriqués, qui, elle, a décidé de déclarer la guerre à la fin des mauvaises blagues, effective le 15 avril prochain.

Ce vendredi 22 mars sur sa page Facebook, la ville du Carambar a donc posté un long message pour dire "Non à la fin des blagues Carambar !". Alors que de nombreux internautes "s'élèvent contre cette initiative", Marcq-en-Baroeul a annoncé rejoindre "ce mouvement de contestation bon enfant" et demande à tous de se mobiliser pour conserver "une partie importante de l'identité du carambar".

Plus de 200 "Likes"

Contactée par Le Nouvel Obs, l'adjointe au maire en charge de la Culture a expliqué : "Cet après-midi, on a mis en place sur notre page Facebook une pétition invitant les internautes à se mobiliser contre l'abandon de cette blague qui fait partie pour nous du patrimoine génétique du Carambar". Et même si cette pétition a tout d'une blague (Carambar ? Haha), quelques internautes ont répondu à l'appel lancé par Marcq-en-Baroeul : plus de 200 personnes ont déjà cliqué sur le bouton "J'aime".

News
essentielles
sur le
même thème