Ça : les clowns professionnels en guerre contre le film
Ça : les clowns professionnels en guerre contre le film
Pendant que les amateurs d'horreur attendent avec impatience le film Ça, les clowns professionnels s'inquiètent pour leur métier aux USA. Kamoulox ? Pas vraiment.

C'est le 20 septembre prochain que Ça, la terrible créature imaginée par Stephen King, effectuera son grand retour au cinéma à travers une nouvelle adaptation signée Andrés Muschietti. Toutefois, si les fans d'horreur ont déjà hâte de retrouver ce personnage iconique en action, les clowns professionnels américains sont actuellement en train de paniquer.

La peur des clowns de retour à cause de Ça ?

A en croire Pam Moody, la présidente de la World Clown Association (oui, ça existe...), interrogée par le Hollywood Reporter, ce film et son personnage de clown tueur (même s'il n'est pas que ça) pourraient mettre en péril cette profession en faisant apparaître de nouveaux cas de "coulrophobie", qui n'est autre que la peur irrationnelle des clowns : "L'art de la clownerie est quelque chose que l'on doit chérir et apprécier. Les jeunes enfants ne doivent pas être exposés à ce genre de films. (...) Personne ne fait la même chose avec le Père Noël, parce que ça ruinerait le business et Noël pour tout le monde. (...) Tout a commencé avec le Ça original qui a introduit le concept de ce personnage. C'est un personnage de science-fiction, ce n'est pas un clown et il n'a rien à voir avec le métier."

Un métier "en danger"

Et si on a du mal à voir comment les jeunes enfants pourraient être traumatisés par un tel film étant donné qu'il sera interdit aux moins de 16 ans aux USA, Pam Moody n'en démord pas, Ça aurait déjà de terribles conséquences sur le métier : "Des gens ont vu leurs performances dans des écoles ou bibliothèques être annulées. C'est regrettable. Tous nos messages positifs et utiles que l'on tente de délivrer ne passent plus". Un message alarmiste censé émouvoir la population qui ne touche malheureusement pas le principal concerné. Et pour cause, Stephen King avait déjà réagi avec humour à de telles critiques en avril dernier : "Les clowns sont en colère contre moi. Désolé, la plupart sont géniaux. MAIS... les enfants ont toujours eu peur des clowns. Ne tuez pas le messager pour avoir délivré ce message".