4 photos
Voir le diapo
L'acteur Adrien Brody a tourné dans le film Predators et si vous voulez savoir ce qu'il pense des aliens, le film sort en DVD le 24 novembre 2010. Pour fêter ça, son interview est sur Purefans News by Adobuzz. Crédit : Twentieth Century Fox France • Etes-vous un fan de monstres,

L'acteur Adrien Brody a tourné dans le film Predators et si vous voulez savoir ce qu'il pense des aliens, le film sort en DVD le 24 novembre 2010. Pour fêter ça, son interview est sur Purefans News by Adobuzz.


Crédit : Twentieth Century Fox France

• Etes-vous un fan de monstres, d'aliens et ce genre de choses ?
Oui. Je l'ai toujours été mais je n'ai jamais eu l'occasion d'explorer ce terrain professionnellement, de rencontrer mes monstres. La plupart des adolescents sont fans de monstres. Il n'est pas surprenant qu'un film comme PREDATORS ait beaucoup d'effet sur eux, tout comme PREDATOR a eu beaucoup d'effet sur moi. Des films comme ALIEN ou BLADE RUNNER sont géniaux et vraiment marrants, surtout à cet âge. Avoir la chance de pénétrer dans ce monde, de faire le travail que je fais, avoir la chance d'avoir un premier rôle dans un film d'action comme celui-là, de créer un personnage qui a des défauts et de la profondeur, ce sont des choses auxquelles les gens peuvent s'identifier, c'est très important.

• En quoi est-ce important ?
La plupart des gens aujourd'hui connaissent ou côtoient quelqu'un qui a un rapport avec l'armée. Par conséquent, j'ai une responsabilité lorsque j'incarne un personnage. Les gens doivent pouvoir s'y identifier et y croire. C'est une chance de pouvoir dépasser l'aspect physique et d'aller au delà des muscles pour dépeindre la force. La force est une qualité intérieure aussi, une force intellectuelle, une confiance en soi, une dureté émotionnelle que je n'avais pas eu l'occasion d'explorer avec d'autres personnages ou d'autres rôles plus sensibles. La perte et l'isolation qui vont de pair avec le métier de soldat et de survivant. Tous ces aspects ont du sens et si je peux être sincère à ce niveau tout en me transformant physiquement pour donner aux fans ce qu'ils attendent, je pense avoir fait quelque chose de spécial.

• Qu'avez-vous été obligé de faire pour vous muscler ?
 Le côté physique ? C'est avant tout une discipline. Entrainement et régime six jours par semaine. Surtout le régime.

• C'est intéressant parce que la transformation du corps est quelque chose de très présent chez les acteurs ces derniers temps.
C'est parce qu'on le remarque. Elle a un impact, cette transformation physique. Ce n'est pas valable ni essentiel pour tous les rôles. Mais parfois c'est le cas. Pour LE PIANISTE (de Polanski), je ne crois pas qu'on puisse jouer la maigreur. Je pense que le lien émotionnel et psychologique qui se crée avec la transformation physique a un grand impact sur le spectateur. Donc pour un film comme celui-ci, j'ai ajouté beaucoup de masse musculaire... et de la force, une force pure que je ne possède pas normalement. J'ai fait un peu de musculation à la fac, mais jamais à ce point. Là, j'ai travaillé de manière très précise pour être musclé et sec à la fois.


Crédit : Twentieth Century Fox France

• Vous préférez incarner les personnages forts et puissants ou plutôt les personnalités sensibles ?
Ca dépend. Ils sont tous deux très attrayants pour des raisons différentes. Je suis un immense fan du PREDATOR original et de tous les films qui ont réussi à conserver cette intensité et ce niveau d'action. Avoir la chance d'être ce type dans un film comme ceux-là est très important pour moi. C'est très gratifiant de faire des cascades. Nous étions le plus souvent sur le terrain alors je me suis vraiment retrouvé contre des murs de feu, couvert de gel retardateur de flammes ou balancé du haut d'une grue, c'était très excitant. Tout le travail que je décrivais, l'importance de trouver le personnage, passer du temps seul dans la jungle, tou ça était très gratifiant.

Le processus est similaire quand on travaille un rôle plus sérieux. Ou pour un film qui se penche sur un sujet plus émotionnel. C'est différent. Mais c'est du travail dans les deux cas. Parfois, il y a un niveau d'enjouement que j'essaie d'atteindre comme dans Splice, mais à la fin de la journée, je suis attiré par des personnages qui représentent un défi émotionnellement ou les personnages qui demandent de la discipline ou qui doivent surmonter des épreuves que je ne connaitrai jamais dans la vraie vie. Faire ce genre de choses me permet de voir le monde différemment. C'est fascinant de regarder des gens faire face à des choses que l'on peut comprendre mais auxquelles on ne sera jamais confronté. Ces personnages sont les plus intéressants.


• D’après vous, pourquoi PREDATOR et plus généralement le thème du guerrier, sont -ils si importants pour les adolescents ?

Je ne sais pas pourquoi certaines choses sont plus importantes que d'autres. Je ne sais pas ce qui nous pousse à regarder la violence. Certaines choses ne sont qu'un thème de fiction mais je crois que PREDATOR a eu beaucoup d'impact sur les jeunes garçons et les adolescents de cette génération parce que c'était un nouveau genre de film d'action. C'était un raz-de-marée dès le début, et en particulier grâce à Arnold Schwarzenegger qui a donné vie a un héros physiquement super impressionnant, un surhomme comme personne n'en avait jamais vu avant ! Ca lui a donné quelque chose d'unique à l'époque. Et je pense aussi que le réalisateur John McTiernan a fait du super boulot sur ce film. Toute l’équipe du film faisaient face à des restrictions budgétaires et techniques. Personne n'avaient d'idée précise de ce à quoi ressemblerait le Predator quand ils ont commencé le tournage.  C'est pour cela qu'il est invisible pendant une bonne partie du film, ce qui ajoute au suspense. Les acteurs devaient imaginer qu'il était dans l'arbre parce qu'il n'était pas encore designé. Je trouve intéressant d'avoir inclus ce facteur dans les versions plus récentes parce que ce qui semblait être une mauvaise chose pour la production s'est avérée au final très intéressante d'un point de vue créatif. Cela tient la route dans le film.


Crédit : Twentieth Century Fox France

• Seriez-vous intéressé par une suite ?
 Je suppose que cela dépend des résultats du film. Mais si c'était le cas, je le ferais. Bien-sûr, j'adorerais.

• Vous avez travaillé en pleine jungle pour ce film …
J'ai passé beaucoup de temps dans la jungle et beaucoup de temps dans les bois. J'ai fait un autre film immédiatement après celui-ci appelé WRECKED (de Michael Greespan) où je joue un homme qui survit à un accident de voiture et qui se retrouve coincé dans les bois. J'ai mangé un insecte et un ver de terre et j'ai passé du temps en plein hiver dans des forêts glaciales.
J’aime les defies et l’excitation qu’ils procurent. J'ai passé six mois dans la forêt amazonienne pour tourner dans LA LIGNE ROUGE (de Terence Malick). J'ai passé sept nuits avec juste une couverture en laine, il y avait des araignées très dangereuses qui attaquaient ma machette quand j'essayais de les faire sortir de ma tente. On peut dire que je suis habitué à ce genre de chose.

• La figure du guerrier a énormément changé depuis le premier PREDATOR.

Oui, et de toute évidence, je n'ai pas le physique de Schwarzenegger ! Mais de toute manière, ce n'est pas ce qu'ils voulaient montrer dans le film. Je crois que nous sommes tous conscient de ce à quoi ressemblent les soldats aujourd'hui. Et ils ne sont pas très différents de moi, physiquement parlant. Mais en réalité, ce qui compte, c'est d'apporter des traits de caractère auxquels les gens peuvent s'identifier et je crois que le public d'aujourd'hui ne se laisse pas impressionner par une description très musclée de la force dans les films et les médias. Je crois qu'il existe des qualités très fortes chez un individu qui peuvent le rendre plus puissant en tant qu'être humain. J'ai souvent comparé mon personnage, Royce, à un loup. Si vous observez ces animaux, vous verrez que le mâle dominant de la meute n'est pas forcément le plus fort, c'est en fait le plus intelligent. Je trouve que ce genre d'information est une clé pour interprétéer ce genre de personage. Et tous les acteurs n'ont pas cette opportunité. Habituellement, ces personnages sont dépeints de manière superficielle, et les défauts, la tristesse et la lutte interieure sont rarement exploités dans un rôle comme celui-là.

• Quelle était l'ambiance avec vos partenaires comédiens sur le plateau ?
Excellente. Tout le monde, acteurs et équipe technique, s'est bien entendu. Nous étions une bande très soudée. Je pense que, comme dans l'original, tout le monde avait à coeur d’incarner un personnage spécifique. Et dans cette optique, je ne crois pas qu'il y ait un seul maillon faible l’équipe.
Quand j'ai vu le film, je l'ai trouvé vraiment excellent parce que tout le monde, même ceux qui n'avaient que quelques lignes de dialogues, étaient uniques et incarnaient quelque chose qui d’essentiel. C'était fantastique de pouvoir travailler avec ces gens. C'était amusant. Ce sont des gens très bien.

• Vous avez dit que vous vouliez faire de votre personnage un modèle ... C’est à dire ?

Quelqu'un sur qui les gens pourraient compter, quelqu'un en qui les gens pourraient croire. Mais ce n'est pas un modèle. Royce est un personnage qui a perdu beaucoup de son humanité au fil du temps. C'est pour cette raison que je n'en ferais pas un modèle. Pour lui, c'est un mécanisme de survie. C'est le survivant ultime. C'est pour cela qu'il réussit dans son rôle. En plus de cela, il a une froideur émotionnelle, une rigidité que la plupart des gens ne possèdent pas, une sorte de désir instinctif de se préserver avant tout. Je trouve intéressant qu'un groupe de tueurs d'élite soient forcés de voir les rôles s'inverser et en arrivent à expier leurs fautes. C'est une révélation pour eux de comprendre la brutalité qu'ils ont infligé à l'un des leurs... et de comprendre que la balle a changé de camp.

Je comprends cette colère. C'est une dynamique très intéressante. Royce est un personnage très droit et honnête. Il ne fera rien qui ne lui convienne pas. C'est un personnage complexe. C'est un méchant en qui on peut se retrouver. C'est u défi magnifique pour un acteur. Ce n'est pas forcément quelqu'un que l'on apprécie. Il est égoïste et corrompu, qui a tué pour de l'argent. Et dans le même temps, il est ce qu'il y a de mieux. Il est votre dernier espoir. Et j'aime la complexité de tout ça. Je suis heureux d'avoir eu la chance d'élever le materiel de base à un autre niveau et d'avoir, je l'espère, apporté de la profondeur. D'avoir apporté quelque chose de personnel et de ne pas m'être contenté d'enfiler le costume de quelqu'un d'autre, d'avoir emmené tout ça dans une autre direction C'est pour cela que je suis très content de ce film, car je crois que nous avons vraiment réussi à faire tout ça.

Adrien Brody
Adrien Brody en itw pour la sortie DVD du film Predators
Adrien Brody dans le film Wrecked ... bande annonce
Adrien Brody ... Il doit faire un choix
Robert Rodriguez ... il parle de ses futurs projets
voir toutes les news de Adrien Brody Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème