Le stage, censé être de la formation encadrée en entreprises, est devenu dans de nombreux cas, un moyen de recourir à une main d'oeuvre pas chère (436 euros et des poussières) et qualifiée. Le gouvernement aurait-il (enfin) entendu l'appel des stagiaires ? Peut-être bien. La Ministre de l'Enseignement supérieur et de l

Le stage, censé être de la formation encadrée en entreprises, est devenu dans de nombreux cas, un moyen de recourir à une main d'oeuvre pas chère (436 euros et des poussières) et qualifiée. Le gouvernement aurait-il (enfin) entendu l'appel des stagiaires ? Peut-être bien. La Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Geneviève Fiorasco veut les encadrer et les limiter.

Le stagiaire, l'esclave moderne ?
Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour acquérir un peu d'expérience et renflouer son CV ? Rien. Les stagiaires le savent, les employeurs aussi. Un stage, en droit, ce n'est pas un job à temp plein ni un contrat de travail déguisé. Mais de nombreuses entreprises (et c'est pire en période de crise économique) préférent recruter un esclave... euh un stagiaire au lieu d'embaucher. Car le stagiaire est pas cher. Après Valérie Pécresse, l'actuelle Ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso a décidé de s'emparer du problème.

1 : Limiter les stages à six mois
Dans une interview donnée jeudi à Libération, Geneviève Fiorasco déclare : "Nous allons limiter les stages à six mois". Cette mesure était déjà dans le texte de Valérie Pécresse, mais n'a jamais été réellement appliquée "faute de décrets" explique-t-elle. L'objectif : éviter les abus et les stages à rallonge. Pour rappel, il ne doit pas cacher un vrai poste.

2 : Des stages plus tôt dans le cursus
La ministre constate que le recours au stage est "déséquilibré" et concerne "principalement les étudiants en fin de cursus, et très peu d'étudiants en premier cycle à l'université". Fiorasco souhaiterait donc ouvrir davantage le stage dès la licence. Les offres de stages deviendront donc "un des critères qualitatifs pour l'attribution des dotations d'Etat".

3 : En finir avec les emplois déguisés
Les sites d'offres d'emplois débordent d'offres de stage, qui exigent déjà un CV long comme le bras. Un tumblr, intitulé "Urgent Recherche Stagiaire" s'amuse d'ailleurs à regrouper les offres de stages les plus aberrantes (vous y trouverez des pépites comme le "stagiaire manager", le "stagiaire rédacteur en chef" ou encore le "stagiaire freelance"). Pour en finir avec les stages, qui ne sont rien d'autres que des emplois payés 436 euros par mois, la ministre explique : "il ne faut plus de stages en dehors des cursus de formation". Si ce point était également dans les mesures de Valérie Pécresse, il reste largement contourné. Elle précise : "Nous étudions, avec le ministre du Travail, Michel Sapin, la possibilité de fixer des plafonds" avant de s'insurger : "Certains secteurs, comme la publicité, ont entre 10% et 15% de stagiaires. Ce n'est pas normal".

Dans l'actu aussi : Facebook : nouvelle censure d'une photo de nu, le musée du Jeu de Paume furieux / La vie sexuelle des jeux vidéo : partie de jambes en l'air avec le Golden Moustache / Nicolas Sarkozy se paye le mariage pour tous... Le retour qui énerve certains / Brad Pitt et Angelina Jolie : commandez le millésime "Brangelina" sur internet

News
essentielles
sur le
même thème