SWAT saison 4 : xénophobie, sexisme, fascisme... La série veut aller encore plus loin dans ses thèmes
SWAT saison 4 : xénophobie, sexisme, fascisme... La série veut aller encore plus loin dans ses thèmes
Après une première partie de saison 4 liée principalement au mouvement Black Lives Matter aux USA, les créateurs de SWAT veulent aller encore plus loin pour la suite. A travers la richesse de leurs personnages, les scénaristes veulent toucher des thèmes plus larges et importants comme la xénophobie, le sexisme ou la lutte contre le fascisme. Attention spoilers.

Cette saison 4 de SWAT - qui a débuté en novembre dernier sur CBS aux USA, ne ressemblera à aucune autre. Alors que les premiers épisodes traitaient à leur façon des mouvements Black Lives Matter avec différents points de vue intéressants, les créateurs de la série veulent aller encore plus loin pour la suite. L'été dernier, Aaron Rahsaan Thomas (co-créateur) et son équipe affirmaient en effet vouloir faire encore mieux dans le traitement des thèmes des inégalités et des injustices raciales.

SWAT face à des thèmes importants

Quelques mois après cette promesse, comment vont les choses ? Récemment interrogé par TVLine, Aaron Rahsaan Thomas a confié que la série allait dans le bon sens. Là où les premiers épisodes de cette saison 4 s'intéressaient davantage à Hondo en raison de l'actualité aux USA liée aux violences policières, "Il est notamment confronté par une communauté qui s'interroge sur son allégeance et il voit également ses collègues de la police le questionner sur ses priorités. C'est un gars qui est coincé au milieu", la suite de SWAT n'oubliera pas d'adopter les visions des autres héros.

A en croire le créateur, le personnage de Shemar Moore ne sera donc pas le seul "à se demander si les efforts qu'il fait font vraiment la différence et si tout ça vaut le coup de se battre (...) au regard du nombre de fois où ça se produit, encore et encore". Aaron Rahsaan Thomas l'a précisé, "Durant toute cette saison 4, on a quasiment à chaque fois un épisode qui traite de ce dilemme. Tan [David Lim] qui est un sino-américain fait face à la xénophobie. Et lui aussi a sa propre perspective qui est totalement unique vis-à-vis des autres".

Aucun tabou dans la série

Pour la première fois, SWAT devrait donc enfin profiter pleinement de la richesses de son casting afin d'explorer des thèmes marquants et nécessaires qui devraient résonner en beaucoup de téléspectateurs. "On va amener Chris [Lina Esco] vers quelque chose d'éprouvant, en partie liée à son propre monde où elle se retrouve à travailler dans un environnement dirigé par la testostérone" a confié le papa de la série. Et visiblement, aucun thème ne sera tabou, "On va traiter des nationalistes blancs au cours de la série et chacun n'a pas forcément la même perspective sur la façon d'affronter ça. On va vraiment aborder une variété de sujets différents".

Shemar Moore
Shemar Moore (SWAT) dévoile son incroyable maison de 800m², mais révèle une triste histoire
QUIZ Shemar Moore : connais-tu vraiment la star de SWAT ?
SWAT saison 4 : xénophobie, sexisme, fascisme... La série veut aller plus loin dans ses thèmes
Shemar Moore (SWAT) touché par la Covid-19, il se confie sur son état
voir toutes les news de Shemar Moore Découvrir plus d'articles