Les gilets jaunes : les lycéens rejoignent le mouvement et bloquent les lycées
Les gilets jaunes : les lycéens rejoignent le mouvement et bloquent les lycées
En cette journée du vendredi 30 novembre 2018, des lycéens ont rejoint les gilets jaunes. Au lieu de bloquer les routes, ces jeunes ont donc bloqué des établissements. Certains incidents se sont produits et l'Union nationale lycéenne a lancé un appel pour une reconduction du mouvement lundi prochain.

Les lycéens rejoignent les gilets jaunes

Cela fait maintenant deux semaines que les gilets jaunes continuent de se mobiliser contre le gouvernement français qui a annoncé la hausse du prix du carburant. Une mesure qui a provoqué la colère d'une partie de l'opinion publique. Même des célébrités soutiennent le mouvement, comme récemment le rappeur Jul qui a affiché son soutien en vidéo. Et depuis ce matin, des lycéens aussi ont rejoint les gilets jaunes, à la veille des manifestations de ce samedi 1er décembre 2018 prévues partout en France.

C'est l'Union nationale lycéenne (UNL) qui avait lancé un appel aux lycéens sur les réseaux sociaux. "La colère générale qui gronde depuis quelques jours est également partagée par les lycéen.ne.s. Il est temps que nous nous fassions entendre et écouter" était-il écrit dans un post Facebook.

Et selon une source policière relayée par Le Parisien, "une trentaine d'établissements étaient perturbés en fin de matinée". Plusieurs jeunes ont donc décidé de suivre le mouvement dans l'Hexagone, que ce soit à Poitiers (Vienne), Rennes (Ille-et-Vilaine) ou Marseille (Bouches-du-Rhône). Au total, "2.600 participants auraient été recensés" a précisé le média.

Si dans l'ensemble, les lycéens sont restés pacifiques, il est à noter qu'il y a eu quelques incidents. Des poubelles auraient été incendiées à Chambéry (Savoie) d'après France Bleu et des ados auraient lancé des projectiles sur la police au lycée Langevin de La Seyne-sur-Mer (Var), les CRS auraient alors utilisé des grenades lacrymogènes contre eux.

Contre quoi se battent-ils ?

Si la hausse du prix du carburant ne concerne pas encore les lycéens, ceux-ci se battent cependant pour bien d'autres sujets. Sur les réseaux sociaux, l'Union nationale lycéenne (UNL) a d'ailleurs ajouté les hashtags "#ContreParcousup", "#ContreLeSNU", "#ContreLaRéformeDesLycées" et "#ContreLaRéformeDuBac" pour préciser leurs revendications.

Mécontents des récentes annonces du président de la République Emmanuel Macron, les jeunes qui ont manifesté aujourd'hui se disent donc contre la hausse des frais d'inscription à l'université, ParcourSup, la réforme du bac, les suppressions des postes dans l'enseignement secondaire mais aussi contre le futur service national universel (SNU).

Et comme pour les gilets jaunes, les ados veulent continuer la mobilisation. Ils ont ainsi appelé à une reconduction lundi prochain.

News
essentielles
sur le
même thème