2 photos
Voir le diapo
En Suède, des conducteurs de train de banlieue voulaient travailler en short. Mais la direction le leur interdit. Résultat : ils ont opté pour la jupe. Une manière amusante de protester contre leurs conditions de travail.

Faute de shorts, ils choisissent la jupe. Des conducteurs de train de la banlieue de Stockholm ont dévoilé leurs gambettes afin de protester contre leurs conditions de travail.

Le short interdit, ils sortent la jupe

Contrairement à la France, l'été est arrivé en Suède. Il fait chaud, tellement chaud que les conducteurs de train de la banlieue de Stockholm ont décidé de troquer leur pantalon contre des vêtements plus légers. Le hic, c'est que la direction leur interdit le port du short. "Notre politique est que vous devez être habillé de façon correcte et appropriée lorsque vous représentez Arriva, et cela signifie que vous devez porter des pantalons lorsque vous êtes un homme, et une jupe lorsque vous êtes une femme, mais en aucun cas des shorts" a déclaré à l'AFP un porte-parole de la compagnie Tomas Hedenius. Les employés l'ont pris au mot et on décidé de revêtir une... jupe.

La hantise de la plainte pour discrimination

Si la jupe n'est pas des plus pratiques pour les conducteurs, elle au moins l'avantage d'être aérée. De son côté, Thomas Hedenius n'y voit aucun problème : "Notre objectif est qu'ils soient élégants et soignés, et cela avec les uniformes disponibles. Que les hommes portent une jupe ne pose pas de problème. Leur dire de ne pas le faire serait de la discrimination". Arriva a cependant accepté de revoir sa réglementation sur la tenue des employés à l'automne prochain. La petite histoire ne dit pas s'ils ont respecté la tradition masculine du port de la jupe kilt.

Dans l'actu aussi : Alcool au volant : la pub anglaise choc qui repousse les limites du glauque / Mexique : un chat en course pour devenir maire "Yes we cat" ! / Roland Garros 2013 : la finale perturbée par la Manif pour tous / Serena Williams remporte Roland Garros 2013 : Twitter sous le charme de ses gémissements