Par Marie Piat Journaliste
Marie Piat est une journaliste qui peut écrire sur (à peu près) tout : séries, films, télé, stars, mode, mangas... Lucifer, Harry Potter, les Kardashian-Jenner, Disneyland Paris, les films de Noël, Les Marseillais ou encore Danse avec les stars font partie de ses sujets préférés.
Covid-19 : 4 hommes forcés à une marche de la honte en Chine, pour avoir désobéi aux règles sanitaires.
Covid-19 : 4 hommes forcés à une marche de la honte en Chine, pour avoir désobéi aux règles sanitaires.
En Chine, 4 hommes ont été forcés à faire un "walk of shame" (une marche de la honte) dans les rues. Suspectés d'avoir enfreint des règles sanitaires, en cette période de Covid-19, ils ont été humiliés publiquement. Une scène particulièrement choquante, qui risque de ne pas être la dernière...

Covid-19 : 4 hommes ont été humiliés publiquement dans les rues en Chine

Il y a le "walk of shame" des lendemains de cuites, et il y a les marches de la honte chinoises. Comme plusieurs médias locaux l'ont rapporté, 4 personnes ont été forcées à faire une marche de la honte dans les rues de la ville de Jingxi, en Chine. Une véritable humiliation publique, puisque ces 4 hommes ont été escortés par 2 policiers chacun, ils étaient menottés, habillés dans des combinaisons blanches intégrales et portant des pancartes avec leurs photos d'identité et leurs noms. Une scène choc.

Pourquoi un tel spectacle d'horreur ? Parce qu'ils n'auraient pas respecté les règles sanitaires strictes, en période de pandémie de Covid-19. Ces suspects auraient fait passer des migrants en Chine, malgré la fermeture des frontières liée au coronavirus. C'est pour cette raison qu'ils ont été rabaissés publiquement, obligés de marcher tels des condamnés punis à la sentence.

>> Les relations sexuelles entre étudiants sanctionnées dans certaines universités en Chine <<

Certains médias ont félicité l'idée de cette marche de la honte

Mais visiblement, ce n'était pas si choquant pour tout le monde... Les avis sur cette marche de la honte étaient mitigés dans les médias locaux. Les Nouvelles du Guangxi ont félicité cet "avertissement" qui devrait servir à dissuader les Chinois qui voudraient se rebeller. Les Nouvelles de Pékin ont en revanche vu là une "grave atteinte à l'esprit de l'État de droit".

>> TikTok : en Chine, les moins de 14 ans limités à 40 minutes par jour sur l'appli <<

Un événement qui rappelle fait penser à la "révolution culturelle". Pour rappel, suite à de nombreuses campagnes menées par des défenseurs des droits de l'Homme, le régime communiste chinois avait interdit l'humiliation publique depuis 2010 (même si parfois elle était encore appliquée). Mais en août dernier, elle faisait partie des mesures disciplinaires annoncées pour punir ceux qui enfreignent les règles sanitaires en cette période de pandémie. Ces derniers mois, l'humiliation publique est ainsi revenue dans la "tradition" de l'empire du milieu. Des suspects accusés de contrebande et de trafic d'être humains avaient notamment été humiliés à Jingxi.