Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Conjuring 2 : Le Cas Enfield (sortie le 29 juin)
Après avoir terrorisé l'Amérique, Conjuring 2 Le Cas Enfield débarque dans nos salles le 29 juin prochain. Cette suite des dossiers Warren est aussi terrifiante que son précédesseur. D'autant plus qu'elle est inspirée par une histoire vraie.

Pour faire trembler les amateurs de sensations fortes, le cinéma d'horreur a toujours aimé s'inspirer de la réalité. Notre imagination est toujours plus active quand on sait que ce que l'on voit est arrivé pour de vrai. Que cela soit Amityville, l'Exorciste, The Conjuring, les films fantastiques basés sur des histoires vraies ont fait frémir des générations entières de spectateurs.

Les époux Warren

Conjuring 2 le Cas Enfield est tiré d'une des enquêtes d'Ed et Lorraine Warren. Lui était démonologue et elle médium. Le couple a enquêté sur plus de 10 000 cas étranges dans les années 70 et 80. Parmi leurs affaires les plus marquantes, on retrouve la poupée possédée Annabelle (qui a eu le droit à son film), la famille Perron (sujet du premier Conjuring) ainsi qu'Amityville et le poltergeist d'Enfield, qui se retrouvent tous deux au centre de Conjuring 2.

Lorraine et Ed Warren
Lorraine et Ed Warren

Un des exemples les plus documentés de possession surnaturelle

"Le cas Enfield est un des exemples les plus documentés de possession surnaturelle." a expliqué l'un des producteurs du film. L'action se passe à Enfield, dans la banlieue nord de Londres en 1977. Peggy Hodgson, une mère récemment divorcée, vit seule avec ses quatre enfants dans une petite maison. Le 30 août 1977, Janet, 11 ans, croit sentir son lit bouger. Le lendemain, Peggy, la maman, se rue dans sa chambre, qu'elle partage avec sa soeur Margaret, 13 ans, lorsqu'une commode se détache brutalement du mur. Les jours suivants des bruits se répercutent dans les murs, une chaise vole mystérieusement et Janet finit par léviter au dessus de son lit. Elle termine même collée au plafond ! C'en est trop pour la maman qui fait appel à des spécialistes pour l'aider. Le tabloïd anglais le Daily Mirror documente l'affaire et dépêche un photographe sur place.

Reportage sur l'affaire Enfield datant de 1978.

La peur des démons se répand à Londres

Un climat de psychose gagne les londoniens tandis que les articles et les reportages se succédent sur les inexplicables phénomènes de la maison Hodgson. Si les plus sceptiques avancent qu'il s'agit d'un canular (cette hypothèse est d'ailleurs abordée par le film de James Wan), de nombreux spécialistes du paranormal accourent auprès de la petite Janet, de sa soeur et de ses deux frères. Parmi eux, Maurice Grosse et Guy Leon Playfair, de la Society For Psychical Research (que l'on voit tous les deux dans le film). On doit de nombreuses archives à ces deux spécialistes du paranormal. L'écrivain Sir Conan Doyle (le créateur de Sherlock Holmes) faisait parti de leur groupe d'étude.

Le cas Enfield en couverture du Daily Mirror en 1977
Le cas Enfield en couverture du Daily Mirror en 1977
La famille Hodgson
La famille Hodgson

Une force à laquelle on ne peut pas échapper

Maurice Grosse enregistre Janet en direct pour la BBC. Lors de cet entrevue, la jeune anglaise se met à parler avec la voix d'un vieil homme qui dit s'appeler Bill Wilkins (on peut l'entendre dans la vidéo ci-dessous). Ce septuagénaire s'avére être le premier résident de la maison. Cependant, il est décédé depuis de nombreuses années. Il a été victime d'une hémorragie assis dans son fauteuil placé dans un coin du salon. "J'avais l'impression d'être utilisée par une force plus puissante que moi" a confié la fillette dans un documentaire. "La seule manière pour ce poltergeist de communiquer était à travers moi. C'était comme s'il voulait faire parti de notre famille". C'est cette fameuse interview avec l'au-delà qui intrigue Ed et Lorraine Warren.

Janet possédée et interviewée par la BBC

Un véritable cas de possession démoniaque

Ayant vent de ce qu'il se passait en Angleterre, les époux Warren traversent l'Atlantique afin de définir s'il s'agit d'un canular ou d'un véritable cas de possession démoniaque. Pour Ed Warren, il n'y a aucun doute sur la véracité du cas Enfield. Dans son livre The Demonologist, il témoigne : "J'ai été témoin là bas de phénomènes surnaturels inhumains... On pouvait filmer les lévitations, les téléportations, et les dématérialisations de personnes et d'objets, sans parler des heures d'enregistrements des voix dans les pièces".

Pour en savoir plus, on vous conseille l'expérience Conjuring 2 : Le Cas Enfield dès le 29 juin au cinéma.

Conjuring 2 le Cas Enfield : Ed et Lorraine Warren
Conjuring 2 le Cas Enfield : Ed et Lorraine Warren
News
essentielles
sur le
même thème