A love you : Paul Lefèvre, Antoine Gouy et Fanny Valette en interview pour Purebreak
A love you : Paul Lefèvre, Antoine Gouy et Fanny Valette en interview pour Purebreak
Il est 18h lorsque l'on rejoint Fanny Valette, Paul Lefèvre et Antoine Gouy dans un bureau parisien, afin de parler d'A love you, la comédie ciné de l'été. Pourtant, si on peut lire une certaine fatigue sur les visages des comédiens après une nouvelle journée placée sous le signe de la promo, c'est une bonne humeur communicative qui nous accueille. Ainsi, tandis qu'Antoine Gouy se moque gentiment de notre noeud papillon : "On s'est fait un joli look", Fanny Valette s'amuse de notre dictaphone : "On dirait le petit robot là, comment il s'appelle ? - Wall-E ? - Oui c'est ça". Ambiance.

Un tournage épuisant pour le trio

Il faut dire que le trio a de quoi être heureux. Alors qu'A love you a récemment été récompensé du "prix du jury" au Festival de l'Alpe d'Huez, les premiers retours ne cessent de surprendre les acteurs : "Au début, je pensais qu'avec ce film de potes, c'était les mecs qui allaient aimer. Mais en fait, il y a beaucoup de femmes aussi qui en sont fans" remarque Antoine, avant de se faire reprendre avec humour par sa comparse "Oublie pas les vieux".

Un véritable soulagement pour les acteurs, puisque si le road trip est absolument déjanté à l'écran, le tournage n'a pas toujours été simple. Si Paul Lefèvre déclare avec sérieux (ou pas) s'être préparé durement en amont : "J'ai fait un mois de stage avec les Navy SEALs aux USA", il confesse : "C'était épuisant. Heureusement qu'il y avait des scènes de romance pour récupérer." Un sentiment partagé par tous, bien que Fanny précise n'en garder que de très bons souvenirs : "Je me suis bien amusé. J'avais l'impression d'être en colo."

Une excellente ambiance : "On a picolé, on s'est amusé"

Ca tombe bien, car c'est cette ambiance colo qui a notamment servi à la réalisation d'une scène culte, à savoir : le générique d'ouverture. En effet, afin de nous présenter les deux personnages principaux, Paul Lefèvre s'est amusé à les filmer au coeur d'une fête mémorable. Et à en croire l'acteur/réalisateur, c'était probablement le meilleur moment du tournage : "On a picolé, on s'est amusé... On était entouré de figurants qu'on ne connaissait même pas, c'était super cool." Des propos approuvés par Antoine Gouy mais pas par Fanny Valette, qui ajoute vexée (mais amusée) : "Ah forcément, j'y étais pas..."

Toutefois, la jeune femme a rapidement pu se venger de cet oubli. Tandis que ses deux compères se dévoilent complètement nus à l'écran lors d'une scène mémorable, elle affirme en avoir profité pour s'en amuser : "Je me suis moqué d'eux les deux premières minutes". De quoi gêner Antoine ? Pas du tout : "On pense à tellement de choses sur le moment, qu'on y pense même plus en fait"

Un trio différent mais drôlement complémentaire

Toujours au rayon des passages délirants mais gênants dans le film, on peut également noter la découverte des drôles de traces de marqueur sur le corps de Fred. Et à en croire les comédiens, ils ont chacun un vécu différent de la situation dans le monde réel. Alors que Paul Lefèvre confirme avec fierté avoir été "le gars qui au lycée avait un marqueur dans la main, faisait "psst" au voisin de devant et, quand il se retournait, lui mettait une grosse trace sur la joue", Antoine Gouy dévoile un étonnant envers du décors : "Ah c'est marrant, parce que moi justement j'étais ce voisin de devant. Sauf que c'était pas un marqueur mais un stylo plume. Donc vous imaginez la douleur quand ça s'est enfoncé dans ma joue..." De quoi lui faire regretter de ne pas avoir rencontré Fanny plus tôt, puisque l'interprète de Juliette se décrit comme "le genre de personne à aller chercher de quoi nettoyer. Je pense trop à ce que l'autre va ressentir pour le faire. Mais par contre, ça me fait marrer quand c'est au cinéma."

La plus belle preuve d'amour ? "Je pourrais lui donner mes clés de voiture"

En parlant de "cinéma vs réalité", est-ce qu'ils se reconnaissent réellement à travers leurs personnages ? Si pour Paul Lefèvre, la réponse est oui : "Je suis un peu des trois", pour Antoine Gouy, c'est moins évident : "Comme on donne vie à nos personnages, on y met forcément du nôtre dedans. Je me suis même surpris, en regardant le film, à me dire 'Manu (son personnage, ndlr), c'est physiquement moi '. Mais sinon, Manu c'est le moi d'il y a 10 ans. J'ai changé depuis." Et quand on lui demande pourquoi, il ajoute : "Il n'est pas romantique. Il est naïf. Il est amoureux de l'amour."

Enfin, si la naïveté de Manu est prête à lui faire traverser la France pour retrouver une fille rencontrée la veille, jusqu'où le trio serait-il prêt à aller par amour ? "Je pourrais lui faire un enfant" assure Antoine Gouy, tandis que Fanny Valette ne se fixe aucune limite "Tout. Absolument tout". Mais attention, si l'actrice est prête à tout, elle veut également la même chose en retour : "Je préfère les gestes, les actes. Pas de blabla, ça c'est inutile." Et du côté de Paul Lefèvre ? Pas de road-trip comme dans son scénario, mais "Je pourrais tuer pour elle" confie-t-il amusé, avant d'ajouter plus sérieusement : "Non, mais je pourrais lui donner mes clés de voiture. Et ça c'est important."

Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer PureBreak.

A love you sortira le 24 juin au cinéma.

Bande-annonce A love you