Si 365 Dni (365 jours) est un véritable succès sur Netflix, de plus en plus de voix s'élèvent contre le film polonais, accusé de faire l'apologie du viol. La dernière en date : celle de Duffy qui révélait en février dernier avoir été kidnappée, droguée, violée et détenue en captivité pendant quatre semaines. Dans une lettre adressée à Reed Hastings, le fondateur de Netflix, la chanteuse a demandé le retrait du film.

C'est l'un des gros succès de Netflix depuis sa mise en ligne début juin : 365 Dni (365 jours) suscite pourtant de vives critiques. Dans la même veine que 50 shades of Grey, le film érotique polonais basé sur le livre de Blanka Lipińska est accusé de faire l'apologie du viol. Et pour cause, il relate l'histoire de Massimo Toricelli (Michele Morrone), riche mafieux sicilien dominateur qui tombe amoureux de Laura Biel et la séquestre pour qu'elle tombe amoureuse de lui.

Duffy demande à Netflix le retrait de 365 Dni

De quoi rappeler à Duffy la terrible mésaventure qui lui est arrivée. En février dernier, l'interprète de Mercy révélait avoir été kidnappée, droguée, violée et détenue en captivité pendant quatre semaines. Alors qu'elle a mis du temps à s'en remettre, ce film est inacceptable pour la chanteuse, qui a écrit une lettre adressée à Reed Hastings, le fondateur de Netflix, et dévoilée par Deadline : "Aujourd'hui, je ne sais vraiment pas quoi penser, dire ou faire, sinon tendre la main et vous expliquer dans cette lettre à quel point il était irresponsable pour Netflix de diffuser le film 365 jours".

Un film qui "érotise le kidnapping et déforme la violence sexuelle"

Elle accuse le film d'érotiser "le kidnapping et déformer la violence sexuelle et le trafic comme un film 'sexy'" : "Je ne voulais pas me retrouver à devoir vous écrire, mais ma souffrance m'oblige à le faire, à cause d'une expérience violente que j'ai endurée du genre que vous avez choisi de présenter comme "érotique adulte". Personne ne devrait prendre ça pour un divertissement, pas plus qu'il devrait être décrit ou commercialisé de la sorte. Nous savons tous que jamais Netflix n'hébergerait des contenus qui glamourisent la pédophilie, le racisme, l'homophobie, le génocide ou tout autre crime contre l'humanité." L'artiste n'est pas la seule : une pétition demandant le retrait du film a été signée par 38500 personnes.

365 Dni
365 Dni 3 se confirme : en plus de 365 Dni 2, Netflix veut prolonger le plaisir
365 DNI 2 : "Encore plus de sexe", l'auteure Blanka Lipinska nous donne des infos sur la suite (Itw)
365 Jours - L'auteure Blanka Lipinska ignore la polémique : "Je ne vois toujours pas où est le viol"
365 Dni : Michele Morrone défend le film face aux critiques, "C'est un fantasme"
voir toutes les news de 365 Dni Découvrir plus d'articles
Les stars
du moment