2 photos
Voir le diapo
Le Français Gregory Havret est passé tout près d'un exploit monumental dimanche 20 juin 2010 sur le parcours de Pebble Beach, en Californie. A 33 ans, le Rochelais s'est en effet classé deuxième de l'US Open de Golf 2010, à un seul coup du vainqueur et devant Tiger Woods. Détails de cette

Le Français Gregory Havret est passé tout près d'un exploit monumental dimanche 20 juin 2010 sur le parcours de Pebble Beach, en Californie. A 33 ans, le Rochelais s'est en effet classé deuxième de l'US Open de Golf 2010, à un seul coup du vainqueur et devant Tiger Woods. Détails de cette journée sur Adobuzz.


Crédits : © Joss - Fotolia.com

Pour le 110e tournoi de l'US open, le français a réalisé un exploit sans précédent dans l' histoire du golf tricolore. Tiger Woods n' a pu qu'en faire l'éloge:"Il a joué superbement aujourd'hui (dimanche). Superbe ! Il a fait ce qu'il fallait pour gagner l'US Open. Il s'est accroché, il n'a rien lâché. Il a placé ses coups là où il le fallait."

Et s'il ne rejoint pas Arnaud Massy, seul Français vainqueur en Grand Chelem (en 1907 au British Open), il fait définitivement son entrée dans la caste des géants de ce sport en France.

Auteur de 2 birdies et 3 bogeys, il a constamment été dans le coup pour la victoire finale pendant que Dustin Johnson, leader avec trois coups d'avance samedi soir, s'écroulait (+11 lors du dernier tour !), et que Tiger Woods (troisième dimanche matin, un coup devant Havret) échouait une fois encore en revenant de l'arrière dans un Majeur (6 bogeys pour seulement 2 birdies).

Consistant et bien en place, Gregory Havret a échoué sur un bogey sur le 17 et un putt, raté de moins de 3 mètres. Le 391eme mondial échoue finalement à un coup du vainqueur.

Bizarrement, le français restait néamoins dépité après cette performance exceptionnelle. "Je passe probablement à côté de la plus grande semaine de ma vie. Bien sûr, je suis mitigé. Il y a un grand bonheur en moi, qui prendra la place bientôt, dans les prochains jours. Mais pour l'instant, c'est de la déception."

Gregory Havret
News
essentielles
sur le
même thème