Tweeter dans la mort, c'est possible
2 photos
Voir le diapo
La simple idée de devoir abandonner vos milliers d'abonnés sur Twitter après votre mort vous chagrine ? Pas de souci, LivesOn est une application faite pour vous. Alors que vous vous reposerez six pieds sous terre, elle s'occupera de tweeter à votre place comme si vous n'aviez jamais rendu l'âme. La vie après la mort e

La simple idée de devoir abandonner vos milliers d'abonnés sur Twitter après votre mort vous chagrine ? Pas de souci, LivesOn est une application faite pour vous. Alors que vous vous reposerez six pieds sous terre, elle s'occupera de tweeter à votre place comme si vous n'aviez jamais rendu l'âme. La vie après la mort en seulement 140 caractères.

Les développeurs ne manquent pas de créativité lorsqu'il s'agit de nous pondre des applications complètement farfelues. Après l'application pour dénicher les toilettes de ses rêves ou celle pour les coups d'un soir, voici LivesOn, une application attendue au mois de mars qui vous permettra de tweeter...après la mort. Son slogan est d'ailleurs plutôt clair : "Quand votre coeur arrêtera de battre, vous continuerez à tweeter".

The Tweeting Dead
En analysant votre comportement par le biais de vos tweets, l'application pourra par la suite établir une liste d'expressions ou phrases types que vous seriez suscptibles de partager sur votre compte Twitter. Et une fois que vous aurez atteint la lumière au bout du tunnel, LivesOn se chargera de mettre à jour automatiquement votre profil.

Vous pouvez donc mourir tranquille. Vos abonnés seront entre de très bonnes mains, l'application tweetant de sorte que l'on vous pense de vous que vous pétiez la forme. Et si jamais vous craignez que votre homologue virtuel ne ternisse votre image post mortem, vous pourrez désigner une personne responsable de votre profil.

Une application qui dérange
La vie après la mort n'est pourtant pas un sujet que l'on peut prendre à la légère. De nombreuses associations critiquent ainsi le caractère éthique d'un tel service. La psychologue Pamela Rutledge craint quant à elle la prolifération de "fantômes électroniques".

Twitter pourrait très bientôt être hanté par des milliers de spectres numériques de personnes défuntes. La question maintenant est de savoir, "Who You Gonna Call ?" quand ça arrivera !