Marion Seclin victime de cyber-harcèlement : "J'ai eu des menaces de mort, de viol"
Après Sananas, c'est au tour d'une autre youtubeuse de révéler avoir été victime de cyber-harcèlement. Dans un documentaire réalisé par Anaïs Condomines intitulé Cyber-harcelées : chroniques de l'impunité 2.0 et diffusé sur LCI, elle raconte avoir reçu "des menaces de mort, de viol, des menaces d'aller tuer [s]a famille"...

Que cela concerne le harcèlement ou le cyber-harcèlement, les langues se délient de plus en plus. Vendredi dernier, Sananas dévoilait une vidéo dans laquelle elle racontait avoir été victime de cyber-harcèlement pendant un an. Un calvaire qu'elle n'a pas été la seule à vivre : Marion Seclin témoigne à son tour dans un documentaire réalisé par Anaïs Condomines intitulé Cyber-harcelées : chroniques de l'impunité 2.0 et diffusé sur LCI.

"J'ai eu des menaces de mort"

Membre du Studio Bagel et chroniqueuse de Canal +, elle dit avoir reçu 40 000 commentaires haineux. "J'ai eu des menaces de mort, de viol, des menaces d'aller tuer ma famille. Tu ne peux pas ne pas y penser, c'est impossible. (...) Tu as des vagues de haine qui arrivent vers toi quotidiennement. Des choses que tu n'imaginais pas possibles, même en coupant les réseaux sociaux, en n'allant pas lire les commentaires Youtube.". Tout est parti d'une vidéo qu'elle a réalisé sur le harcèlement de rue et publiée l'année dernière sur la chaîne YouTube de madmoizelle.

Marion Seclin victime de cyber-harcèlement : "J'ai eu des menaces de mort, de viol"

Repérée par un autre youtubeur, celui-ci a fait une vidéo dans laquelle il s'en est violemment pris à elle, la qualifiant de "feminazi".

Marion Seclin victime de cyber-harcèlement : "J'ai eu des menaces de mort, de viol"

Elle témoigne

"Il a envoyé sa communauté pour me harceler", raconte-t-elle à LCI, précisant que "Ça a duré un an." Et ce n'est pas fini aujourd'hui. "Je ne pourrais pas dire que c'est fini, ça s'est évidemment étiolé (...) Je me suis fait plus rare sur internet, j'ai eu de la chance que ça se calme un peu. Mais il n'y a pas grand chose que je peux faire sur internet aujourd'hui qui ne sera pas attaqué par ces gens-là. C'est devenu vraiment une guerre".

Elle explique qu'il est compliqué de porter plainte : "En terme de constat d'huissier, il aurait vraiment fallu y passer des heures et des heures. Je n'avais pas d'argent pour faire ça. Il aurait fallu qu'on trouve l'identité de toutes ces personnes-là et que je les poursuive en justice...", répond-elle.