Kalash invité sur scène par Drake... puis arrêté par la police à Paris
Kalash invité sur scène par Drake... puis arrêté par la police à Paris
Ce week-end, Kalash était présent au concert de Drake à l'AccorHotels Arena à Paris. Le rappeur qui est notamment connu pour son tube "Bando" a même partagé la scène de la star internationale. Mais ensuite, la soirée a tourné au vinaigre : il a été arrêté par la police.

Kalash rappe avec Drake avant de se faire arrêter

Kalash faisait partie des nombreuses célébrités à venir applaudir Drake en concert à l'AccorHotels Arena à Paris. Dans le cadre de son Assassination Vacation Tour, le chanteur canadien avait trois dates de prévues dans la capitale française. Et après avoir fait monter le rappeur belge Hamza sur scène, c'est Kalash qui est venu faire un rap aux côtés de l'interprète de "Hotline Bling".

Sauf que la joie a rapidement laissé place à la colère. Celui qui est en featuring avec Damso sur le titre "Mwaka Moon" a en effet été arrêté par la police, avenue de Wagram à Paris. Une arrestation qui s'est déroulée dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 mars 2019, soit après le concert de Drake, comme l'a révélé la chaîne de télévision Martinique 1ère. Dans plusieurs vidéos postées sur les réseaux sociaux, on peut y voir Kalash tutoyer les forces de l'ordre et les insulter. "Y'a quoi ? Lâche-moi !" lance-t-il notamment, très énervé.

Il aurait embouti plusieurs voitures avec sa Porsche

Pourquoi le rappeur Kalash a-t-il été arrêté ? Parce qu'il aurait accroché plusieurs voitures sur les Champs-Elysées, au volant de sa Porsche, comme l'a expliqué le même média télé. Et d'après les informations de BFM TV, "il a été placé en garde de vue pour outrage et rébellion envers personne dépositaire de l'autorité publique. Il pourrait aussi être poursuivi pour les voitures emboutées".

Kalash avait déjà eu des ennuis avec la justice. En 2014, avec le rappeur Admiral T, il avait été mis en examen pour agression de policiers. Et en 2016, il avait été condamné à six mois de prison avec sursis pour détention d'arme.