C'est inévitable, chaque téléspectateur a ses goûts qui font que certaines propositions ont plus ou moins de chances de retenir son attention. Dans mon cas, il est clair qu'Elite semblait une série qui, sur le papier, ne devrait pas trop me plaire. Mais en fin de compte, c'était devenue ma série espagnole préférée sur Netflix pendant un moment. Elle a perdu cet "honneur" il y a quelque temps, et il s'en faut de peu maintenant pour que j'arrête de la regarder.

J'étais déjà quelque peu désabusé par la saison 5, même si elle allait de mieux en mieux au fil des épisodes. Et la saison 6 d'Elite n'a fait que confirmer ces sentiments. Il y a quelques jours, je vous ai dit qu'elle était devenue plus dramatique et moins amusante que jamais, ce qui a été encore plus évident au cours des épisodes suivants, où l'aspect ludique a pratiquement disparu au profit de quelque chose qui ne mérite tout simplement pas mon attention.

À son meilleur, la série espagnole Netflix faisait coexister un drame adolescent, des rebondissements fous, un suspense addictif et une curieuse galerie de personnages, permettant à certains acteurs de se démarquer dans les moments les plus intimes, comme l'a clairement montré Elite, histoires courtes. La clé pour que tout cela fonctionne était de savoir comment bien secouer ce mélange, ce cocktail. C'est quelque chose qui, à mon avis, a commencé à se perdre avec le départ de Darío Madrona, co-créateur d'Elite avec Carlos Montero, et cela n'a fait qu'empirer depuis.

Elite, la série espagnole Netflix a touché le fond : pourquoi la saison 6 est la pire jusqu'à présent et ce cliffhanger retentissant ne suffit pas !
Elite, la série espagnole Netflix a touché le fond : pourquoi la saison 6 est la pire jusqu'à présent et ce cliffhanger retentissant ne suffit pas !

Si l'on se concentre uniquement sur cette sixième saison, le problème n'est pas qu'elle ait opté pour un ton vindicatif, que ce soit pour continuer à explorer tout ce qui a trait au viol subi par Isadora (Valentina Zenere), aux abus subis par Sara (Carmen Arrufat) ou à l'approche des réactions des fans de football lorsqu'ils découvrent qu'une de leurs idoles (Carloto Cotta) est gay. En fait, c'est quelque chose qui devrait servir à élever la série, lui permettant même d'atteindre un segment du public qui n'était peut-être pas intéressé par Elite au départ. La réalité est qu'elle a perdu d'un côté sans gagner de l'autre.

Montero a déclaré à plusieurs reprises que la série a toujours eu une touche de rêve et de fantaisie, de cet idéal que le spectateur désire mais qui reflète en fait la réalité. Il n'y a rien de mal à cela, tant que l'on sait comment l'aborder. Mais je pense que l'un des plus graves défauts de la saison 6 est d'avoir complètement perdu cela. Ce qui s'en rapproche le plus, c'est la tentative d'histoire d'amour entre Isadora et Dídac (Álvaro de Juana), qui finit par ressembler davantage à la base d'un final de saison dont je ne sais toujours pas s'il s'agit d'une bonne accroche ou d'une blague sortie de nulle part par les scénaristes.

Elite, la série espagnole Netflix a touché le fond : pourquoi la saison 6 est la pire jusqu'à présent et ce cliffhanger retentissant ne suffit pas !
Elite, la série espagnole Netflix a touché le fond : pourquoi la saison 6 est la pire jusqu'à présent et ce cliffhanger retentissant ne suffit pas !

La vérité est que le drame a pris le dessus ici, réduisant au minimum sa touche plus hédoniste, au point d'être ridicule dans certaines des rares situations où il est utilisé - pourquoi le cul d'un personnage anonyme va être complètement ignoré pour que la scène puisse se concentrer sur l'un des personnages principaux - et dans d'autres cette touche fougueuse de la série finit par être plutôt légère. C'est comme si l'équipe d'Elite avait décidé de faire une sorte de saut dans le vide pour faire évoluer la série, perdant au passage certains de ses traits distinctifs.

Parce que je ne vais pas nier que l'une des choses pour lesquelles la série a toujours été la meilleure est sa capacité à accrocher le spectateur. Ses scénarios peuvent être tout ce qu'on veut critiquer, surtout en ce qui concerne les dialogues, mais ils ont souvent réussi à faire de la magie à partir d'ingrédients assez simples. La sixième saison fait preuve d'un manque d'expertise en la matière dès le début, en essayant de nous faire croire que plusieurs nouveaux personnages étaient déjà à Las Encinas, puis en commettant l'erreur de s'appuyer davantage sur les histoires séparées que sur l'union de toutes ces histoires.

Elite, la série espagnole Netflix a touché le fond : pourquoi la saison 6 est la pire jusqu'à présent et ce cliffhanger retentissant ne suffit pas !
Elite, la série espagnole Netflix a touché le fond : pourquoi la saison 6 est la pire jusqu'à présent et ce cliffhanger retentissant ne suffit pas !

Pour la première fois dans Elite, j'ai eu l'impression que Las Encinas était un décor accessoire dont l'importance ne dépassait pas l'intrigue d'Isadora et que la série s'éloignait de l'école à la moindre occasion. Cela a créé un sentiment de vide parfaitement comparable à celui de la plupart des personnages, ce qui est particulièrement impardonnable dans une saison qui s'abreuve plus que jamais de ses drames personnels. Et là, ce n'est pas la faute de ses protagonistes qui sont plus ou moins bons acteurs -j'étais moi-même très heureux à l'époque de la signature d'Arrufat-, mais plutôt l'approche même des scénarios.

>> Elite saison 7 : Manu Rios (Patrick) quitte-t-il la série ? On a la réponse définitive <<

Cela affecte également l'inévitable suspense saisonnier. À ses débuts, Elite a su très bien lier le mystère qui servait de fil conducteur à ce qui se passait dans les différents épisodes. Ici, ce n'est pas le cas, au point que la résolution finit par être un rebondissement quelque peu gratuit plutôt qu'une consommation satisfaisante de ce que nous avons vu jusqu'à ce point. Au moins, la mort de Samuel (Itzan Escamilla) à la fin de la cinquième saison a permis d'atteindre cet objectif, mais tout ce qui concerne le délit de fuite d'Ivan (André Lamoglia) tombe dans l'oreille d'un sourd, même si l'idée que cela importe plus pour la façon dont cela affecte Patrick (Manu Ríos) que pour autre chose.

En bref

Dans l'ensemble, je ne pense pas que la saison 6 ait été un désastre, mais elle a été le point culminant du déclin que la série subit depuis un certain temps. De plus, ses audiences, bien qu'encore assez bonnes, ont également souffert. Il est donc peut-être temps de penser à y mettre un terme. Soit ça, soit changer radicalement de décor et repartir de zéro, car le renouvellement "silencieux" des personnages et l'approche plus dramatique n'ont pas fonctionné comme il le fallait et la saison 7 promise me rend plus paresseux qu'autre chose.

Article écrit par Mikel Zorrilla chez nos collègues d'Espinof.

Elite - Saison 6
Elite a touché le fond : pourquoi la saison 6 de la série Netflix est la pire jusqu'à présent et son cliffhanger n'y change rien
Elite saison 6 : alcool, tournage XXL et coordinatrice d'intimité, dans les coulisses des scènes de sexe de la série
"C'est claqué", "On a cru qu'elle était morte mais..." : la saison 6 d'Elite ne met personne d'accord
Elite saison 6 : cette saison ne tourne pas uniquement autour du c*l, et les scénaristes l'assument totalement
voir toutes les news de Elite - Saison 6 Découvrir plus d'articles