Plus de 250 personnes sont mortes en prenant un selfie 
Plus de 250 personnes sont mortes en prenant un selfie 
Attention, danger ! Si vous avez déjà lu que les selfies étaient plus dangereux que les attaques de requin, eh bien c'est vrai ! Au total, plus de 250 personnes sont mortes en se prenant en photo en l'espace de 6 ans et le nombre de décès en rapport avec les selfies ne fait que grandir d'année en année...

Après arrêter de fumer ou de boire, une nouvelle résolution pourrait bien s'ajouter à la liste de celles que l'on prend pour la Nouvelle Année : arrêter de prendre des selfies ! Et pour cause, se prendre soi-même en photo peut s'avérer dangereux et les selfies sont même devenus plus meurtriers que les attaques de requins ! Certains sont prêts à tout pour réussir leur photo, au point de, parfois, risquer leur vie... Selon une enquête réalisée par une équipe de recherche indienne et publiée dans le "Journal of Familiy Medecine and Primary Care", 259 personnes sont mortes en prenant un selfie entre octobre 2011 et novembre 2017.

Des chiffres inquiétants !

Un chiffre effrayant que les chercheurs ont obtenu en analysant la presse mondiale avec les mots-clef "mort par selfie", "accident de selfie" ou encore "mort et mobile". Autant dire qu'ils ont pu en manquer... Encore plus inquiétant encore, le nombre de morts liées aux selfies ne cesse d'augmenter au fil des ans : 3 en 2011, 2 en 2013, 13 en 2014, 50 en 2015, 98 en 2016 et 93 en 2017. En moyenne, les victimes ont entre 22 et 23 ans et le plus grand nombre d'accidents et de morts ont eu lieu en Inde (qui comptabilise à elle seule 50% des décès), suivie de la Russie, puis des États-Unis et enfin du Pakistan.

Les "no selfies zones", la solution ?

Mais quelles sont les causes des morts ? En premier, on trouve la noyade, puis les accidents de transports –notamment de trains (certaines personnes posent directement sur les voies devant un train à l'approche)– et des chutes. Sans grande surprise, les États-Unis comptabilisent le plus grand nombre de morts par armes à feu en prenant une photo. Au-delà d'énoncer les faits, les chercheurs proposent une solution : renforcer les "no selfies zones", notamment. "Les selfies en eux-mêmes ne sont pas dangereux, mais le comportement humain qui les accompagne l'est. Les individus ont besoin d'être éduqués face à certains comportements à risques et endroits dangereux où sont pris des selfies", estime l'étude.