Deux policiers ont été tués et un troisième blessé suite à une course poursuite à la Fast and Furious sur le périphérique parisien. Tôt dans la matinée, leur véhicule a été percuté à proximité de Porte de La Chapelle (18e) par la voiture en fuite, conduite par deux jeunes hommes ivres.

Deux policiers ont été tués et un troisième blessé suite à une course poursuite à la Fast and Furious sur le périphérique parisien. Tôt dans la matinée, leur véhicule a été percuté à proximité de Porte de La Chapelle (18e) par la voiture en fuite, conduite par deux jeunes hommes ivres.

Deux policiers de la BAC tués
Après le braquage à l'américaine du Printemps-Haussmann, digne de GTA 5, un 4x4 Range Rover a été pris en chasse par des policiers de la BAC 75, dans une course poursuite sur le périphérique parisien. Deux policiers âgés de 32 et 40 ans y ont trouvé la mort ce matin entre 5h45 et 6h du matin. Un troisième a été griévement blessé dans cet accident qui s'est produit sur le périphérique intérieur entre Porte de Clignancourt et Porte de la Chapelle.

Un véhicule de police percutée par le 4X4
Les deux jeunes hommes en 4x4 ont été pris en chasse à la Porte Maillot en raison de multiples infractions au code de la route (feux de circulation grillés, slalom sur les voies, excès de vitesse...). Roulant à toute vitesse sur le périphérique, le 4x4 a réussi à semer un premier groupe de policiers avant de percuter un deuxième véhicule de la BAC.

Les conducteurs du 4X4 alcoolisés
Les deux hommes âgés de 21 et 22 ans ont été interpellés par la police. Celui qui conduisait le 4x4 était ivre et en "défaut de permis", selon une source proche de l'enquête. Son taux d'alcoolémie s'élevait à 1,4 grammes d'alcool par litre de sang et celui de son passager à 1,6 (la limite étant fixée à 0,5 grammes/litre de sang). Le chauffard a été placé en garde à vue pour "homicide involontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique". Il présente un casier déjà bien fourni qui risque de peser lourd dans la balance : pas moins de 20 inscriptions dont trafic de stupéfiants et conduite en état d'ivresse.

Soutien aux proches sous le choc
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui se rendra dans la journée "auprès des camarades des policiers tués" a tenu à présenter "ses condoléances aux familles et aux proches des policiers et souhaite que toute la lumière soit faite sur les circonstances exactes de ce drame". Dans un communiqué, le maire de Paris Bertrand Delanoë a apporté un soutien solennel aux collègues et familles des deux policiers tués : "En mettant en jeu leur propre vie pour protéger les Parisiens, ces deux fonctionnaires de police ainsi que leur collègue blessé ont fait honneur à leur institution ainsi qu'à leur pays".