Confinement : un nom de code pour venir en aide aux femmes battues
Confinement : un nom de code pour venir en aide aux femmes battues
C'est un triste constat qu'a fait Christophe Castaner ce jeudi 26 mars 2020 dans l'émission Vous avez la parole sur France 2 : le nombre de violences conjugales ont augmenté de 36% depuis le début du confinement. Le ministre de l'Intérieur a alors dévoilé un plan d'aide aux victimes, qui pourront notamment utiliser un nom de codes face aux pharmaciens.

Le confinement n'est pas toujours facile à vivre, surtout pour les femmes victimes de violences conjugales. Depuis le début de la crise, les associations d'aide aux victimes de violences conjugales ont fait part de leur inquiétude et de leurs craintes que le confinement décuple leur nombre. Des craintes malheureusement réelles. Ce jeudi soir dans l'émission Vous avez la parole sur France 2, Christophe Castaner a déclaré que les interventions des forces de l'ordre pour ce motif avaient augmenté de 32% en zone gendarmerie en une semaine, et de 36% en zone préfecture de police de Paris : "C'est plus de 36% d'intervention de nos gendarmes par rapport à la même période d'habitude donc oui, le risque augmente du fait du confinement".

+36% de violences conjugales durant le confinement

Le ministre de l'Intérieur a annoncé un plan d'aide aux victimes. Celles-ci pourront prévenir les pharmaciens avec un nom de code, comme "masques 19" : "Ceux-ci préviendront lors tout de suite les forces de l'ordre : "#NeRienLaisserPasser et plus que jamais en cette période qui accroît les risques : après entretien avec la présidente de @Ordre_Pharma, les victimes de violences conjugales pourront se signaler auprès de leur pharmacien de quartier, qui alertera les forces de l'ordre.#VALP", écrit-il sur Twitter.

Christophe Castaner dévoile un nom de code pour les aider

Il explique : "J'ai échangé avec la Présidente de l'ordre national des pharmaciens et nous sommes convenus d'une proposition : faire en sorte que, dans la pharmacie, au moment où la femme, peut-être battue, se rend sans son mari, elle puisse donner l'alerte dans la pharmacie. Et qu'à ce moment-là, nous puissions intervenir immédiatement pour la protéger. [...] ça s'est pratiqué en Espagne depuis quelques jours, avec un nom de code. Vous dites à la pharmacienne "je voudrais des masques 19" et à ce moment là, c'est un signe d'alerte. Je ne vais pas définir ce nom de code et si je le disais, il n'aurait pas de sens". Il a également assuré que "les dispositifs d'écoute et de consultations sont maintenus".

Les victimes peuvent donc appeler le 3919, du lundi au samedi, de 9h à 19h, le numéro violences femmes info, ou encore le 115 si elles cherchent un hébergement d'urgence. "Je refuse l'idée que le confinement soit signe d'impunité pour les conjoints violents.", a-t-il conclu. D'autant que le confinement risque de se prolonger...