L'épreuve de français du brevet trop facile ?
L'épreuve de français du brevet trop facile ?
Le top départ du brevet était donné ce matin. Les collégiens ont commencé par plancher sur l'épreuve de français. Ils sont nombreux sur Twitter à juger le sujet trop facile. Et ils ne sont pas les seuls : les profs dénoncent aussi "le niveau 6e" de l'épreuve.

Tout comme les épreuves du bac, les sujets du brevet sont matière à polémique. Si la majeure en géo a eu tendance à déprimer les candidats au bac, l'épreuve de français du brevet, qui se tenait ce matin, semble avoir rassuré tout le monde. C'était facile, peut-être trop facile...

Le français, trop facile ?

Depuis ce matin, les collégiens planchent sur les épreuves nouvelle génération du brevet. Avant de s'activer les méninges sur les maths, ils ont commencé par le français. Au programme (vous pouvez consulter le sujet sur le site de l'Etudiant): six questions de compréhension sur un texte, un excercice de réécriture en remplaçant "nous" par "ils", une dictée et enfin un exercice de rédaction à choisir parmi deux sujets. Pour la plupart des collégiens, pas besoin d'aller consulter le corrigé en ligne, l'épreuve était bien trop facile. "Espérons que les exercices seront aussi faciles que les questions en français" remarque @msftssrep, "Une minute de silence pour tout ceux qui ont révisé pour le Français (Figure de style)... C'ÉTAIT TROP EASY" se moque @LY69NNAISE alors qu'un internaute (@tprincedelamour) se demande : "Question du brevet 2013 de français : Sur quel continent se trouve New York ?. La mienne : que vaut encore le brevet ?".

Une épreuve "niveau 6e"

Si les requêtes de surnotation émanant de l'académie exaspérent certains profs chargés de corriger le bac, d'autres, enseignant au collège, s'énervent devant la facilité de l'épreuve proposée. Sur le forum neoprofs.org, ils sont nombreux à s'indigner du sujet proposé aux collégiens ce matin. Une question sur le texte fait notamment réagir élèves comme enseignants. L'histoire se déroule à New-York, la première question est la suivante : "De quel continent s'agit-il ?". "6 questions hyper faciles dont la première est remarquable de sagacité" s'indigne une prof, "comme tous les ans, on se demande pourquoi on leur ordonne de réviser..." se demande un autre pendant qu'une enseignante déplore : "Un élève en fin de 6e est capable de traiter correctement ce sujet. Aucune question portant sur le programme de 3e". Cet après-midi, les collégiens passaient l'épreuve de maths. Elle a, semble-t-il, moins fait l'unanimité sur la toile.

News
essentielles
sur le
même thème