Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Ces chaussures à 17 millions de dollars sont les plus chères du monde.
Ces chaussures à 17 millions de dollars sont les plus chères du monde.
Les chaussures de verre (à l'origine de vair) de Cendrillon, c'est dépassé. Le must ? Cette paire de talons aiguilles en or, diamants, cuir et soie. Rien que ça. Des escarpins d'exception qui seraient les plus chers du monde. Leur prix ? Juste astronomique, à savoir 17 millions de dollars.

Les chaussures les plus chères du monde

Cendrillon peut aller se rhabiller, car LA paire de chaussures ultime, c'est sans doute celle-ci. Ces escarpins signés de la marque Jada Dubai valent pas moins de 17 millions de dollars. Une véritable fortune ! Avec un tel tarif, on pourrait s'acheter une voiture de collection (voire plusieurs), une villa de rêve ou encore un jet privé. Il s'agit d'ailleurs des chaussures les plus chères au monde, elles ont battu le précédent record détenu par la créatrice anglaise Debbie Wingham. Conçues en or, cuir, soie et diamants (excusez du peu), elles seront vendues dans la boutique Passion Jewellers à Dubaï, par le joaillier Hemant Karamchandani.

Ces chaussures à 17 millions de dollars sont les plus chères du monde.
Ces chaussures à 17 millions de dollars sont les plus chères du monde.
Ces chaussures à 17 millions de dollars sont les plus chères du monde.
Ces chaussures à 17 millions de dollars sont les plus chères du monde.

Ces merveilles un peu bling bling certes, mais qui demeurent des chaussures de princesses, sont exposées dans le palace Burj al-Arab depuis ce mercredi 26 septembre 2018. Et elles n'attendent plus qu'à trouver leur future propriétaire. Cependant, la taille de cette pièce incroyable n'a pas été précisée. Faudra-t-il l'essayer comme dans le célèbre conte adapté par Disney ?

Trouver chaussure à son pied

Ces talons hauts, voire vertigineux, ont été fabriqués en Italie avec 236 diamants parfaits, sans compter les deux diamants parfaits de catégorie D qui sont situés sur le dessus, qui possèdent 15 carats chacun. Une pièce de maroquinerie mais aussi d'orfèvrerie donc, qui ne devrait pas avoir de mal à trouver une acheteuse, et ce malgré son tarif hallucinant.

Le designer a en effet confié à l'AFP que "Dubaï est une ville de millionnaires et de milliardaires. Donc il y a un marché potentiel dans toute la région du Golfe et (particulièrement) en Arabie Saoudite".

News
essentielles
sur le
même thème