Vous l'avez connue dans la première saison de l'émission The Voice sur TF1, Al.Hy revient avec son tout premier album, "Alphabète" qui sort ce lundi 3 mars. Presque deux ans après avoir échoué en finale face à Stéphan Rizon, l'ancienne protégée de Jenifer revient en interview sur cette longue période, sur son rapport à la célébrité et sur ce premier opus qui lui correspond à 100%.

Voix torturée, charisme incroyable, on en oublierait presque qu'Al.Hy avait seulement 18 ans quand elle a enchanté les coachs de The Voice sur TF1. Favorite dès les débuts de l'émission, elle ne finira pas gagnante mais qu'importe, Al.Hy ne rêve pas de victoire mais de vivre pour sa musique. Elle nous en parle dans une interview exclusive.

"Je suis sortie de The Voice avec un gros poids sur le coeur"

PureBreak : Cela fait déjà deux ans que l'aventure The Voice s'est terminée. Pourquoi une si longue attente avant de dévoiler ce premier album ?
Al.Hy : C'est vrai que cela a été long mais à mes yeux, cela a été très rapide. Evidemment, j'imagine que c'était très long pour certains. En fait, je suis sortie de cette émission avec un gros poids sur le coeur que j'avais besoin de retranscrire en musique. Ca a pris du temps, j'avais besoin de composer et je voulais surtout un album qui me ressemble. Je n'avais pas envie de tout faire tout de suite, j'avais envie d'une entrée humble dans le métier.

Comme tu l'as dit, tu as écrit les textes des chansons de l'album. Comment s'est passé ce processus ?
Je suis non seulement auteure mais aussi compositrice des titres et j'ai écrit 8 chansons de l'album. Le processus est différent à chaque chanson. Par exemple, il y en a une des chansons, Mon joli rêve qui est le bonus d'iTunes, que j'ai eu dans la tête et j'ai attendu un mois pour l'écrire. Il fallait qu'elle arrive à maturité dans ma tête. Pour une autre, je me promenais et j'ai vu un arbre et j'ai eu Lalala vie.

Peux-tu nous parler des artistes avec lesquels tu as collaboré ?
Ce qui est étrange et super à la fois, c'est que je n'avais rencontré personne avant de recevoir les chansons. On avait parlé au téléphone mais c'était tout. J'ai reçu les chansons sans les avoir rencontré et j'étais même étonnée qu'ils veuillent écrire pour moi. Il y avait Mickey 3D, Phil Baron (le frère de Zazie), Lily Wood and the Prick et Rose. Mickey 3D avait envoyé Tous seuls au monde et Temps X et j'étais clairement choquée de recevoir quelque chose qui me ressemblait tant alors qu'on avait jamais échangé un mot. J'étais vraiment touchée parce que quand tu as 18 ans, on peut s'imaginer que cette personne n'a pas envie de parler de certains sujets profonds. Je sais bien que ce n'est pas forcément de mon âge d'être torturée comme ça. J'étais très content qu'il ait lu en moi sans que je lui parle.

"J'ai envie de mettre le français en valeur"

On t'a connu dans beaucoup de styles dans The Voice. Pour "Alphabête", tu as choisi un style très chanson française. Pourquoi avoir fait ce choix ?
Je suis très attachée au français depuis toujours. Je trouve qu'on peut la renverser dans tous les sens et le fait qu'elle soit compliquée apporte plein de subtilités. On peut joueur avec toutes les sonorités. C'est ma conviction personnelle mais j'ai envie de mettre en valeur le français comme certains artistes comme Stromae. Je suis très contente que ça revienne car on a de quoi être fiers.

Au-delà de l'anglais et du français, tu as aussi choisi un style qui n'est pas vraiment commercial.
Je ne suis pas capable de mentir donc faire quelque chose qui ne me ressemble pas, c'est impossible pour moi. J'assume 100% cet album, je suis très heureuse mais j'aimerais bien que sur scène il y ait un peu plus de rock.

Dans ton album, on retrouve toujours le même genre de chanson. C'était une volonté de ne pas mixer les genres ?
En fait, c'est impossible de cumuler les genres. Avant, je disais toujours que, dans mon album, je ferais une chanson rap, une chanson métal mais ce n'est pas réalisable. Il faut que l'album ait une cohérence, une identité, que les gens reconnaissent quand ils l'entendent à la radio. Je pense que j'ai trouvé mon identité musicale mais je suis encore en train de la peaufiner. D'ailleurs, je suis toujours en train de travailler, j'ai déjà écrit 6 chansons du prochain album, s'il y en a un...

"Il a fallu discuter pour imposer mon style"

Est-ce que tu as dû te battre pour imposer ton style pour cet album ?
Bien sûr, il a fallu discuter. Sans vouloir cracher sur qui que ce soit, ce n'est pas évidemment quand on est jeune de se faire comprendre et écouter comme si ton avis valait celui d'une personne plus mature. Il fallait discuter et poser des arguments. Si tu arrives à te défendre, les gens ont des oreilles et t'écoutent.

Qu'est ce que tu voudrais que les gens ressentent à la fin de l'écoute de ton album ?
J'aimerais qu'ils en veuillent encore. Les thèmes que j'aborde dans cet album, on n'en parle pas tous les jours, les choses intérieures qui font du mal, ce sont des sujets très intimistes. J'aimerais beaucoup que les gens ne se sentent pas seuls.

"J'ai prié pour ne pas gagner The Voice"

Ne pas avoir gagné The Voice, ça met moins la pression ?
C'est sûr que sortir gagnant, ça doit être très stressant car il y a une attente énorme. Moi, j'ai prié toute la semaine de la finale pour ne pas gagner l'émission. Je n'avais pas envie de devoir sortir mon album vite, de ne pas pouvoir le fignoler et le composer. Pour cet album, je me suis impliquée à fond, j'ai même fait des dessins. Je ne sais pas si j'aurais pu faire ça si j'avais gagné l'émission.

Depuis The Voice, comment ta vie a-t-elle changé ?
Je ne suis pas vraiment sûre que ça ait un rapport avec l'émission mais je suis clairement sortie de l'adolescence. En général, les choses simples de la vie n'ont pas changé, j'ai juste grandi. A part ça, je prends le métro, je n'ai pas de problème avec les gens. Je suis très discrète et je ne suis pas du genre à me montrer ou à me mettre en avant.

As-tu l'impression que l'image de l'émission te colle encore à la peau ?
Oui mais je ne prends pas ça comme une super-glue. Je n'ai pas l'impression que je ne pourrais jamais m'en détacher. Et puis, si je ne peux pas m'en détacher, The Voice est tout de même une émission de qualité. Ce n'est pas un fardeau. J'ai eu une liberté folle sur l'émission, j'ai pu chanter tout ce que je voulais. Comment pourrais-je leur en vouloir pour quoique ce soit ? Bien sûr il y a des inconvénients partout mais c'est une si belle expérience que ça ne me dérange pas d'avoir une étiquette.

"Jenifer, c'est une personne que j'aime beaucoup"

Tu es d'ailleurs retourné chanter sur le plateau et on a pu voir que Jenifer, ton ancienne coach, était très émue de te revoir. Comment se passe la relation avec elle depuis la fin de l'émission ?
On s'entend très bien et au-delà de la coach, c'est une personne que j'aime beaucoup. On se soutient beaucoup.

Et la saison 3, tu la suis ?
En fait non, je n'ai pas la télé. J'ai vu quelques vidéos sur Internet comme celle de Spleen. Je trouve que chacun a un talent particulier. Je vais m'y mettre car je sais que l'émission reste quelques mois à l'antenne mais je suis à fond dans la promo de l'album en ce moment.

Quels sont tes projets pour l'année à venir ? Une tournée peut-être ?
C'est complètement en projet pour moi et l'ampleur de la tournée dépendra des ventes. En tout cas, que l'album se vende une fois ou énormément de fois, je me ferais entendre. Même si seulement 3 personnes achètent mon album, ils m'entendront quand même (rires). Je chanterais partout même dans le métro, je n'ai pas peur. Je suis prête à tout pas pour réussir mais pour être entendue.

"Devenir riche, je m'en tape"

Etre la prochaine star de la chanson française, ce n'est donc pas le rêve ultime pour toi ?
Non, pas du tout. Je n'ai jamais été fascinée par une personne qui passait à la télé. Ca ne me fait ni chaud ni froid. On est tous humain. Devenir riche, je m'en tape. Tout ce que je veux, c'est que mon travail plaise à quelques gens.

Donc faire une émission de télé-réalité, ce ne serait vraiment pas pour toi ?
Pas du tout. Moi, ce qu'il me fallait, c'était un tremplin. J'ai donné, j'ai reçu, je vais continuer grâce à The Voice. C'était un tel supplice de devoir parler de moi, je préfère largement chanter. The Voice, ce n'était pas une télé-réalité. Evidemment, les journalistes de l'émission aiment avoir des infos sur toi mais moi, je n'ai jamais voulu qu'on me filme au réveil à l'hôtel par exemple. Ils ne nous ont pas forcé à faire quoique ce soit. C'est ça qui m'a plu.

Ta carrière, comment tu l'imagines ?
Je sais juste que je veux ne faire que de la musique. Honnêtement, ça ne me dérangerait pas de faire autre chose dans ma vie mais j'en serais incapable. Il n'y a qu'avec la musique que je me concentre. Sinon je n'arrive à rien, je suis très distraite.

Propos recueillis par Aubéry Mallet. Contenu exclusif. Ne pas reprendre sans mentionner PureBreak.com.

Al.Hy
Al.Hy : "J'ai prié pour ne pas gagner The Voice"
Al.Hy : être la favorite, c'est pas son kiff !
News
essentielles
sur le
même thème