2 photos
Voir le diapo
Roman Polanski s’exprime enfin. Libéré en juillet 2010 après avoir été arrêté en 2009 à Zurich (suite à une affaire de crime sexuel contre mineur datant d’une trentaine d’années), le réalisateur a accepté de répondre à une interview de la TSR. Il revient sur ses conditions de

Roman Polanski s’exprime enfin. Libéré en juillet 2010 après avoir été arrêté en 2009 à Zurich (suite à une affaire de crime sexuel contre mineur datant d’une trentaine d’années), le réalisateur a accepté de répondre à une interview de la TSR. Il revient sur ses conditions de détention, son travail, ses films et sa vie faite de très hauts et de très bas. Extrait de l’interview de Roman Polanski en vidéo sur Purefans News by Adobuzz.



Demain, dimanche 2 octobre 2011, la TSR proposera une interview exclusive de Roman Polanski, accordée au journaliste Darius Rochebin. Dès aujourd’hui pourtant, un grand extrait vidéo a été mis à disposition sur le net.

Le réalisateur est de passage en Suisse pour le Festival de Zurich, où il doit recevoir le prix d'honneur avec son nouveau film, "Carnage", attendu en décembre dans les salles. C’est en se rendant à ce même festival il y a deux ans que Polanski avait été arrêté, accusé de crime sexuel contre mineur il y a une trentaine d’années.

Libre depuis juillet 2010, Roman Polanski ne s’était pas encore exprimé. C’est désormais chose faite. L’occasion pour le franco-polonais de 78 ans de revenir sur ses conditions de détention ou encore la façon dont il a vécu toute cette affaire.

"Je suis plutôt optimiste. J'étais certain que ça allait se finir. (...) Je ne craignais pas - c'était peut-être idiot parce que ça aurait très bien pu se terminer différemment - mais je prends ça d'une manière plus philosophique dans le sens positif" confie-t-il.

Concernant ses mobilités, encore réduites aujourd'hui, Roman Polanski le prend presque avec humour : "je me suis habitué pendant cette année sabbatique (rires). J'ai beaucoup voyagé dans ma vie. Ce qui compte pour moi c'est d'être près de ma famille et de ne pas être séparé comme c'était pendant cette année. Ca les a fait beaucoup souffrir, autant que moi. Ce qui est bon maintenant, c'est que la vie est absolument normale. Je n'ai pas grand besoin de voyager" affirme le réalisateur.

Interrogé sur ses sensations au moment de retrouver la liberté, Roman Polanski explique : "C'était un peu bizarre les premiers jours bien sûr. C'est un autre angle dans notre langage cinématographique. Mais très vite, je me suis senti chez moi. Ca a des séquelles quand même. On ne fonctionne pas pareil après une expérience comme ça. (...) C'était bizarre".

Avant de conclure : "Il ne faut pas oublier que je suis allé en prison, que j'ai fait ma peine. Et c'est pour cela que je suis parti des Etats-Unis", précisant toutefois "j'ai des regrets depuis 33 ans, bien sûr que je regrette".

L’interview de Roman Polanski pour la TSR

News
essentielles
sur le
même thème