Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

2 photos
Voir le diapo
C'est une année faste pour le chanteur Plan B. Alors qu'il était à Paris la semaine dernière dans le cadre de sa tournée, nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer l'artiste. Purefans News by Adobuzz vous offre, en exclu, l'interview du chanteur. Crédits : Abaca Ben Drew, plus connu

C'est une année faste pour le chanteur Plan B. Alors qu'il était à Paris la semaine dernière dans le cadre de sa tournée, nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer l'artiste. Purefans News by Adobuzz vous offre, en exclu, l'interview du chanteur.


Crédits : Abaca

Ben Drew, plus connu sous le nom de scène Plan B nous a fait l'honneur de nous recevoir dans sa loge, quelques minutes avant son entrée sur la scène du Bataclan le 16 novembre 2010, à Paris. Un entretien où l'on découvre un artiste franc, qui sait ce qu'il veut et qui a un incroyable respect pour la musique.

Tu es sur scène à Paris ce soir. Es-tu heureux d'être ici ?

J'adore venir à Paris. J'avais l'habitude de venir en France quand j'étais petit, à Nice plus particulièrement. J'y ai passé tous mes étés. On parlait français et allemend chez moi grâce à ma mère et mon beau-père, mais aucun de nous, enfants, ne parlons ces langues. Ce n'est qu'en grandissant que je me suis intéressé à la pratique.

Tu es un chanteur, un auteur, un acteur et un réalisateur pour The Defamation of Strickland Banks. Est-ce que tu considères cet album comme un concept ?
C'est en effet un album concept. Mais je n'ai pas réalisé les vidéos. J'ai plutôt dirigé l'album mais naturellement c'est un concept. Une histoire qui a débouché sur un film destiné aux aveugles.

Il y a quelques mois tu expliquais que ta voix n'était qu'à 80% de sa capacité. Où en es-tu aujourd'hui ?

Cela dépend. Parfois je ne peux être à 100%, si le son est mauvais sur scène. J'ai déjà eu des problèmes avec les retours sons. Aujourd'hui, par exemple, lors des réglages, j'ai vraiment perdu le rythme parce que vous renouvellez régulièrement votre matériel, cela coûte de l'argent et du temps et en ce moment nous n'avons pas le temps de tout tester complètement.

C'est pour cela que je ne me sens pas très confiant pour ce soir, parce que je n'ai pas le son que je souhaite. Je pense que cela vient de la balance. Si je peux d'une façon ou d'une autre contrôler mon retour son, comme je le souhaite sur scène alors je suis capable d'être à 100%. Mais c'est dur, c'est très difficile aujourd'hui.

On te considère comme le Eminem britannique. Lorsque tu vois son duo avec Rihanna, cela te donne-t-il des idées ?
Non pas vraiment, je veux dire, j'ai énormément apprécié les deux premiers album d'Eminem, qui a été une inspiration pour moi. Maintenant je fais mes propres trucs. je ne suis pas du genre à regarder ce que font les autres aussi grands soient-ils. Je ne collabore pas avec des gens qui utilisent uniquement mon profil pour vendre des disques et se faire de l'argent. Tout ce dont je me soucie, c'est de faire de la bonne musique.

Si je collabore avec quelqu'un et que l'on fait de la bonne musique c'est cool ! Mais je trouve que quand je travaille avec un autre personne, il est difficile d'être complètement satisfait de mon boulot parce que deux personnes doivent émettre un avis. Et parvenir à un consensus est très compliqué. C'est presque une lutte pour que chacun obtienne satisfaction. Faire un duo pour le moment, je sais pas, mais je préfère travailler seul.

Un mot à propos de ton prochain album, The Ballad of Belmarsh. J'ai entendu dire que ce serait un album hip-hop mais pas seulement. Peux-tu expliquer pour tes fans ?

The Ballad of Belmarsh reprend la trame de fond de The Defamation of Strickland Banks de manière plus détaillée. Cette fois-ci, le crime est commis et est expliqué dans cet album. Alors qu'il était condamné à tort dans l'album précédent, Strickland Banks est désormais réellement coupable du crime pour lequel il est jugé. C'est vrai que cela peut paraître ambigu pour l'instant, mais c'est ce que j'aime avec le hip-hop, il y a tellement de mots que je peux m'exprimer beaucoup plus.

Rassurez-vous, malgré ses inquiétudes le concert a été grandiose. Placé sous le signe de la musique type Motown, Plan B a, comme il nous l'avait promis avant qu'on le quitte, assuré. Il a même surpris son monde, quand accompagné d'un human beat box, il a repris des standards de Ben E. King ou Otis Redding.

Mais ce n'est pas tout puisque le chanteur s'est permis de rapper sur Kiss From A Rose de Seal et a fait plaisir aux fans français en reprenant à sa façon Alors On Danse de Stromae. On a adoré et on en redemande. Dernier petit cadeau la vidéo de son dernier clip Love Goes Down, extrait de The Defamation of Strickland Banks.


Plan B
Plan B ... Purefans News était à son concert et voici notre interview exclusive
News
essentielles
sur le
même thème