Par Quentin Piton Journaliste Séries - Ciné
Journaliste spécialisé dans les séries, le cinéma, mais également les anime et mangas. Passe son temps à rêver d'Emma Watson, considère Olivier Giroud comme le GOAT et refuse de parler avec ceux qui sont contre la vérité absolue qui est : How I Met Your Mother est une meilleure série que Friends.
La Coupe du Monde 2022 n'a pas encore commencé, mais une grosse polémique secoue déjà le Qatar
La Coupe du Monde 2022 n'a pas encore commencé, mais une grosse polémique secoue déjà le Qatar
C'est le 20 novembre 2022 que La Coupe du Monde débutera au Qatar. Une compétition qui est au centre de nombreux boycotts pour diverses raisons (droits humains, écologie...) et qui se retrouve déjà au centre d'une grosse polémique. En cause ? Des agents ont tenté d'empêcher un journaliste de travailler sur place, sans aucune raison.

La Coupe du Monde 2022 au Qatar n'a pas encore commencé (coup d'envoi officiel le 20 novembre prochain), mais le pays se retrouve déjà au centre d'une grosse polémique. Tandis que les joueurs commencent à arriver sur place pour préparer les matchs à venir, les journalistes ont également posé leurs valises afin de suivre et commenter la compétition.

>> L'Equipe de France enfin prête à boycotter la Coupe du Monde 2022 ? Les joueurs dévoilent leur plan d'action <<

Un journaliste empêché de faire son travail au Qatar

Malheureusement, comme vient de le constater un journaliste danois, la liberté de la presse n'est visiblement pas un concept très répandu au Qatar. Ce mardi 15 novembre 2022, en plein duplex avec TV2 - une chaîne de télévision scandinave, Rasmus Tantholdt a été subitement interrompu par ce qui semblait être trois agents de sécurité, arrivés dans une voiturette de golf.

Vous pouvez le découvrir ci-dessous, les trois personnes locales ont dans un premier temps demandé au journaliste spécialisé dans le suivi des conflits mondiaux d'arrêter de filmer, alors même qu'il ne disait / faisait rien de provoquant, ni de polémique, avant de s'attaquer à la caméra. "Monsieur, vous avez invité le monde entier à venir ici, s'est logiquement offusqué Rasmus Tantholdt, halluciné de se voir empêché de travailler. Pourquoi ne puis-je pas filmer ? C'est une place publique."

Un peu plus loin, le journaliste a ensuite tenté de prouver à ses interlocuteurs qu'il possédait "une accréditation qui dit qu'on peut filmer où l'on veut", mais celui-ci s'est pris un vent monumental et a vu l'un des agents tenter de s'attaquer à son matériel, "Vous voulez casser la caméra ? Allez-y. Vous nous menacez en cassant la caméra du coup".

>> "L'ambiance de M*RDE qu'il y aura au Qatar" : les supporters en dépression après ce nouveau coup dur pour les Bleus <<

"Cette coupe du monde est un fiasco total"

Sans surprise, cette scène surréaliste a rapidement fait le tour de monde et a été vivement critiquée par les internautes. Alors que de nombreux appels au boycott de la Coupe du Monde voient aujourd'hui le jour sur les réseaux sociaux afin de dénoncer les problèmes de droits humains au Qatar, les chantiers sanglants autour des stades ou encore la bombe climatique qu'elle représente, cette nouvelle affaire met à nouveau le pays - qui souhaite pourtant s'acheter une bonne image, dans la sauce.

"Sortons déjà les pop-corns. Nous allons assister à la Coupe du monde la plus comique et pathétique de l'Histoire du football mondial de ces dernières années" peut-on lire sur Twitter, tout comme, "Cette coupe du monde est du n'importe quoi de A a Z", "Pas la peine de boycotter, ils s'en chargent eux mêmes" ou encore, "Cette coupe du monde est un fiasco total au niveau de l'orga ect.. vivement que le foot parle un peu là".

Face au buzz autour de cette séquence, Rasmus Tantholdt s'est par la suite exprimé auprès de NRK à son sujet. Selon lui, le comité suprême du Qatar lui aurait notamment présenté ses excuses pour cet incident. Néanmoins, ça n'a visiblement pas suffit à le réconcilier avec le pays et ses méthodes : "On peut dire que ces agents ont mal compris la situation, mais ça en dit long que qui se passe au Qatar. On peut y être attaqué et menacé quand on fait un reportage en tant que média. Ce n'est pas un pays libre et démocratique".