CINÉ SÉRIE
Peut-on ressortir indemne face aux films de ce réalisateur aux DEUX Palmes d'Or ? J'ai revu ses films les plus scandaleux, ils sont dispo gratuitement
Publié le 22 mai 2024 à 20:05
Par Clément Arbrun | Journaliste société
Journaliste spé Société et Pop Culture, Clément s'intéresse autant aux punchlines de Virginie Despentes qu'à celles de Megan Thee Stallion, aux perruques de Bilal Hassani qu'aux blagues de Panayotis Pascot. Il aiguise principalement sa plume en papotant féminismes, genre et fashion, ce qui lui permet de parler d'Harry Styles, des gens pas toujours fréquentables qui emploient le mot "woke" sur Twitter et des dernières prods Netflix. Malin.
Longtemps, on imaginait pas de Festival de Cannes sans lui. ARTE célèbre le grand cinéaste autrichien Michael Haneke avec la mise en ligne gratuite de l'intégralité de ses films. Je n'ai pas pu m'empêcher de rattraper l'oeuvre entière de cet auteur controversé, provoc et brillant, qui fait partie du club très fermé des réalisateurs couronnés par DEUX Palmes d'Or.
La bande-annonce du film La pianiste de Michael Haneke / © MK2 / Les Films Alain Sarde
Cannes : Ce cinéaste controversé a eu DEUX Palmes d'Or, et j'ai rattrapé ses films les plus scandaleux, dispos en ligne gratuitement Francis Ford Coppola, Ken Loach, Ruben Ostlund, les frères Dardenne... Ces metteurs en scène constituent un club encore plus fermé que celui des journalistes de gauche sur CNews : celui des cinéastes qui ont deux Palme d'Or. Un précieux sésame doublement récolté (deux années de suite, pour Ruben Ostlund !) qui témoigne de l'importance de ces réalisateurs visionnaires dans le paysage cinématographique international. Rien que ça.
Mais il en manque un. Il manque clairement quelqu'un à cette liste. Et pas n'importe qui : Michael Haneke. Un nom à retenir si vous devez répondre lors d'un quizz à l'embêtante question "Citez un cinéaste autrichien".  
Michael Haneke lors de la première de son film "Happy End" à Vienne. Le 30 janvier 2018 Curieux de comprendre pourquoi ce metteur en scène à l'univers hyper austère, théorique et glacial, mais aussi controversé et scandaleux, suscite à ce point l'adhésion des jurys, j'ai rattrapé TOUTE sa filmo. Rien de plus simple : ses films sont tous dispos gratuitement sur le site d'ARTE. Il suffit de cliquer ici.
Michael Haneke et sa femme Susanne lors du vernissage de l'exposition Albrecht Dürer au musée Alberina à Vienne, Autriche, le 19 septembre 2019. Je vous la fait courte : Michael Haneke fut lauréat de la Palme pour deux films : Le ruban blanc, conte macabre en noir et blanc sur deuil de l'enfance, et Amour, chronique conjugale de la vieillesse bien déprimante réunissant deux monstres sacrés du cinéma français.  
Michael Haneke déjeune entre amis en terrasse de l'hôtel Eden Roc lors du 70ème Festival International du Film de Cannes, le 27 mai 2017
La suite après la publicité

Francis Ford Coppola, Ken Loach, Ruben Ostlund, les frères Dardenne... Ces metteurs en scène constituent un club encore plus fermé que celui des journalistes de gauche sur CNews : celui des cinéastes qui ont deux Palmes d'Or. Un précieux sésame doublement récolté (deux années de suite, pour Ruben Ostlund !) qui témoigne de l'importance de ces réalisateurs visionnaires dans le paysage cinématographique international. Rien que ça.

Mais il en manque un. Il manque clairement quelqu'un à cette liste. Et pas n'importe qui : Michael Haneke. Un nom à retenir si vous devez répondre lors d'un quizz à l'embêtante question "Citez un cinéaste autrichien". Curieux de comprendre pourquoi ce metteur en scène à l'univers hyper austère, théorique et glacial, mais aussi controversé et scandaleux, suscite à ce point l'adhésion des jurys, j'ai rattrapé TOUTE sa filmo. Rien de plus simple : ses films sont tous dispos gratuitement sur le site d'ARTE. Il suffit de cliquer ici.

>> Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle <<

Je vous la fais courte : Michael Haneke fut lauréat de la Palme pour deux films : Le ruban blanc, conte macabre en noir et blanc sur deuil de l'enfance, et Amour, chronique conjugale de la vieillesse bien déprimante réunissant deux monstres sacrés du cinéma français. En dehors de cela, on lui connaît deux immenses chocs : Funny Games, son film plus scandaleux, figurant sur le podium des oeuvres les plus traumatisantes du septième art, et La pianiste, atypique portrait de femme, réputé pour avoir offert à Isabelle Huppert son rôle le plus extrême.

>> Je suis allé découvrir en salles LE film d'horreur événement du moment (et je ne verrai plus jamais les chiens de la même façon) <<

Derrière leur statut de films chocs pour festivals, les oeuvres de Michael Haneke bouleversent à jamais notre vision du cinéma (et de la violence au cinéma)

Autant d'expériences particulièrement intenses qui sont venues me remuer et, je n'exagère pas, me claquer au visage comme d'impitoyables uppercuts. Car ces séances font gamberger mais avant tout, elles s'avèrent physiques, elles coupent le souffle, elles prennent au corps. Je ne suis pas ressorti indemne du cinéma de Michael Haneke, un art polémique et dense qui vous frappe au bide et vous détruit psychologiquement. Mais par-delà la violence de ses films, c'est leur matière intellectuelle folle qui m'a sidérée.

Je vous explique tout.

Derrière leur statut de films chocs pour festivals, les oeuvres de Michael Haneke bouleversent à jamais notre vision du cinéma (et de la violence au cinéma)

Comment vous résumer le cinéma de Michael Haneke après avoir visionné plus de 8 films, autrement dit plus de 700 heures en sa compagnie ? Je vais tenter l'exercice, mais il est périlleux.

ARTE l'envisage ainsi : "Observateur attentif et auteur de films puissants, Michael Haneke filme là où cela fait mal, cherche le vrai, représente avec provocation la violence pour dénoncer l'absurdité de ses représentations". Je vous ai prévenu, faites demi-tour si vous préférez la filmographie de Kev Adams. Tous films de Haneke sont brutaux, parfois l'espace de longs plans séquences insoutenables, abordent la solitude moderne (avant tout urbaine) et la cruauté de l'être humain, la dégénérescence du corps et les pulsions morbides. Mais aussi, notre propre rapport aux images que le cinéaste propose : pourquoi cela nous touche ? Comment l'expliquer ?

>> Intrigué par son million d'entrées, je suis allé voir Un p'tit truc en plus d'Artus, je m'attendais au pire mais ça bousculé mes a priori <<

Un seul film suffit à poser la question : Funny Games. Deux hommes habillés de blanc séquestrent et torturent une famille bourgeoise sans la moindre raison au sein de leur maison de vacances. La violence qu'ils déploient est absurde, comme l'est en général la violence au cinéma. En la mettant en scène sur un film entier et d'une manière hyper réaliste, Haneke m'incite ainsi à me demander pourquoi les représentations de cette violence sont si banalisées sur grand écran. Et quelles sont mes/nos propres limites, face à ce contenu nauséeux.

>> 25 ans après, j'ai revu au ciné l'un des Star Wars les plus malaimés, et ce fut une expérience mouvementée <<

Des films qui traumatisent sans la moindre limite, oui, mais questionnent surtout notre humanité (et ça fait très très mal)

En plein milieu du métrage, qui suscitât un énorme scandale en son temps, le cinéaste autrichien bouscule tout : l'un des tortionnaires se met à regarder la caméra... Et fait un clin d'oeil. Il brise le quatrième mur. A un autre instant, la séquence que nous venons de voir sera carrément rembobinée par l'un des personnages. Haneke me le rappelle en quelques secondes : je ne regarde qu'un film, une oeuvre de fiction manipulable à l'envi, purement factice de A à Z. Et pourtant, ce que je regarde me sidère et me bouleverse. Ca, c'est le grand paradoxe intellectuel mais surtout moral qui hante toute la filmo du réalisateur !

Des films qui traumatisent sans la moindre limite, oui, mais questionnent surtout notre humanité (et ça fait très très mal)

Mais je devine votre appréhension : les films de Michael Haneke sont-ils de simples démonstrations de force mettant en images le chaos et la mort ? En partie - c'est le point commun du maestro avec le plus grand cinéaste vivant, monsieur Lars Von Trier (je vous en parle ici). Ce n'est pas tout cependant : ce qui m'a marqué, c'est l'intensité émotionnelle de ses meilleurs films. Pour vous convaincre, j'ai décidé d'en choisir deux.

Loin d'être de simples blocs de séquences qui fichent le bourbon à 3000 % et vous dégoûtent de l'existence comme des rapports humains, les films du cinéaste autrichien savent émouvoir. Oui oui. J'en veux pour preuve, cette fausse love story qu'est La pianiste. C'est l'histoire d'Erika (Isabelle Huppert), prof de piano stricte qui va s'éprendre de l'un de ses apprentis virtuoses (Benoît Magimel). Peu à peu, l'on plonge dans la tête d'Erika, et l'on découvre ses... loisirs. A savoir ? Le masochisme, l'auto-mutilation, le voyeurisme...

Mais Haneke ne se contente pas de dépeindre tout cela avec une crudité inouïe. En nous collant au plus près de ce personnage de femme très (très) atypique, il nous invite à partager son quotidien, cerner sa psychologie, la comprendre, malgré ses zones de trouble, son ambiguïté, sa marginalité dérangeante. Entre son intimité trash, sa relation très compliquée aux autres et sa mère dévoratrice, on finit par éprouver de l'empathie pour elle.

Empathie qui redouble dans le tout premier film de Michael Haneke : Le septième continent. Séance hyper déconseillée durant un confinement, puisque l'on y suit l'isolement progressif et effrayant d'une famille entière. Darons et enfants s'enferment entre quatre murs jusqu'au grand burn out final - qui m'a fait penser à certaines performances d'art contemporain.

C'est une oeuvre bouleversante à mes yeux car, sous couvert de ce postulat concis et efficace (on retrouve même l'absurdité chère au cinéaste), cette chronique aborde la dépression, la santé mentale, la place de la famille au sein de la société moderne, la communication, la solidarité...

Ainsi, alors que tout s'écroule sous nos yeux, on va s'attacher comme jamais à ce lien qui semble malgré tout persister - celui qui unit les membres de cette famille. J'ai été dérouté, bousculé, mais ému, par cette oeuvre qui vient titiller notre faculté d'émotion. Et encore une fois, d'empathie.

Au final, je me dis que si Haneke fait des films aussi frigorifiques - dans le genre, je vous recommande Benny's Video, autre trauma qui préfigure le cataclysme Funny Games - c'est pour nous pousser à mieux comprendre les émotions que l'on ressent devant une fiction de cinéma.

Et personne n'y parvient aussi bien que lui.

Mots clés
Sorties cinéma Cinéma Festival de Cannes Opinion
Tendances
Voir tous les people
Sur le même thème
Ce chef-d'oeuvre de science-fiction est peut-être le meilleur film (et le plus fou) de ces dernières années, et il est disponible en streaming play_circle
CINÉ SÉRIE
Ce chef-d'oeuvre de science-fiction est peut-être le meilleur film (et le plus fou) de ces dernières années, et il est disponible en streaming
29 décembre 2023
Ce film dure 2 heures, il est la suite de l'un des meilleurs films de science-fiction de Steven Spielberg et il est dispo sur Netflix play_circle
CINÉ SÉRIE
Ce film dure 2 heures, il est la suite de l'un des meilleurs films de science-fiction de Steven Spielberg et il est dispo sur Netflix
13 janvier 2024
Les articles similaires
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle play_circle
CINÉ SÉRIE
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle
21 mai 2024
Intrigué par son million d'entrées, je suis allé voir Un p'tit truc en plus d'Artus, je m'attendais au pire mais ça bousculé mes a priori play_circle
CINÉ SÉRIE
Intrigué par son million d'entrées, je suis allé voir Un p'tit truc en plus d'Artus, je m'attendais au pire mais ça bousculé mes a priori
7 mai 2024
Je suis allé découvrir en salles LE film d'horreur événement du moment (et je ne verrai plus jamais les chiens de la même façon) play_circle
CINÉ SÉRIE
Je suis allé découvrir en salles LE film d'horreur événement du moment (et je ne verrai plus jamais les chiens de la même façon)
19 mai 2024
Challengers : j'ai vu le nouveau film de Zendaya qui n'était pas aussi sulfureux que promis (mais que j'ai beaucoup aimé !) play_circle
Cinéma
Challengers : j'ai vu le nouveau film de Zendaya qui n'était pas aussi sulfureux que promis (mais que j'ai beaucoup aimé !)
23 avril 2024
Cannes 2024 : quel est le film applaudi le plus longtemps dans toute l'histoire du Festival ? 9 minutes, 12 minutes, 20 minutes...
CINÉ SÉRIE
Cannes 2024 : quel est le film applaudi le plus longtemps dans toute l'histoire du Festival ? 9 minutes, 12 minutes, 20 minutes...
21 mai 2024
Dernières actualités
La Chronique des Bridgerton saison 4 : un personnage adoré des fans tué dans la suite de la série ? La créatrice réagit à ce bouleversement historique play_circle
CINÉ SÉRIE
La Chronique des Bridgerton saison 4 : un personnage adoré des fans tué dans la suite de la série ? La créatrice réagit à ce bouleversement historique
17 juin 2024
The Walking Dead en deuil : Dog, le chien le plus cool de la télé, est mort, Norman Reedus pleure son "meilleur partenaire" play_circle
CINÉ SÉRIE
The Walking Dead en deuil : Dog, le chien le plus cool de la télé, est mort, Norman Reedus pleure son "meilleur partenaire"
17 juin 2024
Dernières news